Le Soleil est opposé à Uranus entre le 18 et le 20 octobre

Ceci n’est qu’un bref aperçu du ciel avec un aspect intéressant et rare.

Le Soleil à 25° est opposé à Uranus 26° appliquant le 18, en opposition exacte le 19 et séparant le 20 à 27° en Balance !

Naturellement, c’est signifiant pour ceux et celles qui ont leur anniversaire ce jour là, ou bien si c’est la place de leur ascendant en Balance, avec une opposition en Bélier ! L’alter ego, en face, risque de me faire grincer des dents.

On voudrait trouver en soi la force de dire “ça suffit”. Bien sur les Béliers n’en peuvent mais, d’avoir cette planète Uranus qui les secoue.

Patience, jusqu’à l’année prochaine ! Le Soleil ne reste que trois jours, or c’est en s’appliquant le 18 octobre, maintenant qu’il est le plus puissant.

Quel effet ? Uranus, planète supérieure à Mars, dite de “l’éveil” pour les puristes, est pour le simple quidam, une source de changements, de bouleversements, qui peut faire advenir le bon comme le mauvais.

Quand nous sommes dans l’opposition, c’est la pleine lune de l’aspect (pour ceux qui connaissent), on est au sommet et ensuite ça “redescend” en décroissant, donc c’est ici qu’on agit … ou pas, après ce sera trop tard.

La personne sachant se dominer peut faire imposer sa volonté par le biais du Soleil, volonté qui sera plus ou moins bien acceptée, ce qui peut apporter des frictions. Un état de tension va en résulter. C’est la résolution du style : “à partir de maintenant je veux cela, je fais comme cela”. Si la personne en face accepte c’est positif, si la situation permet de choisir, c’est positif, mais ce n’est pas neutre, surtout pour les personnes qui sont fortement uraniennes.

Elles peuvent perdre leur calme, c’est ce qu’il faut éviter si on le peut. Uranus peut installer une nouvelle situation qui va perdurer, ou remettre sur le tapis une ancienne situation qui avait été mise de côté.

Or, actuellement Uranus est la gérante du nœud sud, ce qui fait qu’elle ramène des situations anciennes, des amis et des ennemis anciens, il ne faut donc pas faire les choses sur un coup de tête. Uranus est rétrograde, elle est moins virulente, moins claire aussi, ça fait penser à quelqu’un qui avait dit “le changement c’est maintenant ” mais qui ne l’a pas fait ! Dommage, parce qu’en ce moment on parle de la pauvreté !

Le Soleil en Balance quant à lui, est en conjonction avec Jupiter en Scorpion avec Mercure, ce qui lui donne une force surpuissante, pour imposer sa volonté de concertation, et de gestion des affaires soutteraines.

Print Friendly, PDF & Email

L’histoire incroyable des cellules immortelles d’Henrietta

Cette histoire vraie est tellement incroyable que si vous lisez le livre de la journaliste Rebecca Skloot qui a été traduit en français, “La vie immortelle d’Henrietta Lacks”*, bien qu’étant un sujet  difficile, vous ne le lâcherez que quand vous l’aurez fini.

Loretta Pleasant est née à Roanoke en Virginie, le 1er août 1920, et fut orpheline de mére à 4 ans. Son père confia les enfants, comme c’était l’usage, à sa famille en les répartissant. Elle arriva donc chez son grand père, propriétaire de la cabane de bois des esclaves dont il avait hérité, dépourvue de tout confort, avec le cimetière familial derrière la maison.

Ce grand père se chargeait également d’un cousin de neuf ans, que lui avait laissé une de ses filles. Sa jeune vie fut très dure : lever à 4 h du matin, chargée avec son cousin David son ainé, des occupations de la ferme, puis du repiquage et du ramassage du tabac avec les autres enfants. Elle allait néanmoins à l’école et, ce fut elle qui y alla relativement le plus longtemps : elle parvint au cours préparatoire.

C’était une belle femme métissée, car son grand père était le fruit des relations d’un propriétaire d’esclaves blancs, nommé Lacks, avec son arrière grand-mère esclave, duquel il hérita son maigre bien. Mais les Lacks blancs ne parlaient pas aux Lacks noirs bien qu’ils vivent à peu de distance, néanmoins ils connaissaient leurs existence.

Ce qui devait arriver, arriva, comme ils ne se quittaient pas, et qu’ils dormaient sur la même paillasse à même le sol depuis leur enfance, ils s’aimèrent et eurent d’abord deux enfants, et  enfin se marièrent devant le pasteur le 10 avril 1941. Ils avaient respectivement 20 et 25 ans. Fin 1941, à cause de l’entrée en guerre des USA après Pearl Harbour, la demande en acier devint très forte, ce qui les poussa à quitter Clover, pour partir à Turner Station, un village ouvrier qui avait poussé prés de Baltimore, où se situaient les usines Bethlehem Steel de Sparrow Point qui embauchaient pour des salaires bas, mais néanmoins bien plus intéressants que ceux des ouvriers agricoles de Virginie.” Ceci se fit grâce  au cousin Fred, qui y avait été en éclaireur et, qui leur donna un coup de pouce financier pour démarrer. Une fois installés, les amis, et cousins venaient régulièrement lui demander  assistance, lorsqu’ils arrivaient les uns après les autres pour y travailler : cette usine devint rapidement la plus importante aciérie du monde !

Henrietta était appréciée pour sa gaieté, sa beauté parce qu’elle avait la peau claire, son courage et sa gentillesse. Cependant, conséquence probable de la consanguinité familiale, elle fut contrainte d’envoyer Elsie, sa première fille, une très jolie petite fille, dans une maison spécialisée pour les troubles mentaux parce qu’elle était sourde et muette (où elle mourut dans des conditions dramatiques).Les Lacks avaient tous des problémes auditifs. Elle devait s’occuper de ses deux autres garçons, et puis de Rebecca, qui précéda Jo.

Day qui avait des aventures extra conjuguales, ramena la syphilis, aussi  Henrietta, alla-t-elle consulter à l’hôpital de John Hopkins dans la partie réservée aux gens de couleur pour des soins gratuits, lorsque la nécessité s’en fit sentir (cet Hôpital, à 60 km de Washington, est considéré actuellement comme le meilleur des Etats-Unis).

Dix ans passèrent et deux enfants plus tard, on lui détecta un cancer du col de l’utérus. Elle avait suspectée une affaire grave, avant de consulter le docteur H.Jones, mais avait tenu à mener sa dernière grossesse à terme avant de se faire soigner : elle comprenait bien qu’elle allait perdre la possibilité d’être encore mère.

Les médecins pensaient à cette époque :

“Tous les cancers proviennent d’anomalies provenant d’une seule cellule, mais sont classées selon le type de cellule responsable. Dans les années cinquante, la plupart des chirurgiens ne traitaient pas le carcinomum in situ parce qu’ils pensaient – à tort -qu’il n’engageait pas le pronostic vital, à leur sens il ne pouvait pas s’étendre,  au contraire du carcinonum invasif (celui qui franchit les tissus du col de l’utérus). Ils traitaient donc ce dernier par les moyens agressifs (les plus modernes de l’époque) mais à John Hopkins essayaient de limiter les hysterectomies.

Le chirurgien Richard Wosley TeLinde, le plus grand chirurgien du cancer du col de l’utérus, engageait les chirurgiens à comparer les résultats des frottis avec les biopsis avant d’opérer (en 1941, Papanicolaou avait mis au point le test de depistage, le frottis cervico vaginal)”.

“Le docteur TeLinde , pensait lui, que le cancer in situ était les prémices d’un cancer invasif et, les circonstances voulurent qu’il se trouve face du cas d’Henrietta au John Hopkins Hospital. A cet époque, on «utilisait» encore les patients de l’hôpital à leur insu, d’autant qu’ils étaient traitées gratuitement : il faut dire qu’on en était aux balbutiements des traitements et que, d’autre part, il n’existait aucune charte des droits des malades. Comme l’a dit un peu cyniquement, Howard Jones le médecin d’Henrietta « avec sa vaste population de noirs indigents, Hopkins ne manquaient pas de matériel clinique ».

Ils souhaitaient cultiver des échantillons vivants de tissus cervicaux normaux et des types de tissus cancéreux, pour les comparer : 61% des patientes avaient commencées par un carcinum in situ. Or, les cultures de cellules mourraient rapidement, seules les souris avaient donné des cellules immortelles, mais une cellule humaine se reproduit cinquante fois, puis meurt”*. C’est toute l’histoire…

Gey était celui qui faisait le travail, TeLinde prélevait des échantillons sur toutes les femmes venues le consulter pour un cancer invasif du col de l’utérus”, dont Henrietta, qui finalement, après la naissance de Jo – Zakarriyya –  accepta de se faire opérer le début 1951. A cette époque, on posait des plaques de Bracks (des tubes de radium, celles des Curie).” En fait dans les années soixante dix un médecin qui réexamina son dossier se rendit compte qu’il s’agissait d’un adenocarcinome de l’uterus très invasif qui provenait non pas du col de l’utérus mais des tissus glandulaires qui se répand plus vite. Ce fut à cette époque qu’on relia le nom HeLa à Henrietta Lacks et à toute sa famille.

“Le chirurgien préleva lors de l’intervention le 8 fevrier 1951, sans le lui dire, deux échantillons de tissus utérin de la taille de dix cents : un sain, un sur la tumeur qu’il mit en culture. Pourquoi lui aurait-il dit ? On était encore à l’époque de la ségrégation.” Deux jours après le départ d’Henrietta, les cellules prospéraient en se developpant à une vitesse prodigieuse. D’autres cellules l’avaient fait, mais pas comme cela : une génération nouvelle de cellules apparaissait toutes les 24 heures, contrairement aux cellules saines (schéma de division des cellules normales)

Le 10 avril 1951 quelques semaines après avoir obtenu ces résultats, (alors qu’Henrietta était toujours vivante) Gey fit une déclaration à la radio, en expliquant qu’ils allaient enfin pouvoir soigner le cancer,  montrant une bouteille pleine des cellules d’Henrietta, mais sans jamais en mentionner  la provenance car Gey n’avait jamais rencontrées Henrietta, mais ils finirent par  nommer leur culture “He La” d’après les deux premières lettres du nom et du prénom d’Henrietta Lacks, mais pas tout de suite. Henrietta demanda à entrer à l’hôpital le 8 août 1951 quelques jours après son 31ém anniversaire, car elle sentait qu’elle se dégradait. Finalement, sa mort survint à midi un quart,  le 4 octobre 1951, moins d’un an après son intervention. (voir thème de sa disparition avec un ascendant Sagittaire, tombant dans sa maison I, dans la zone de la lune noire). Quel était l’intérêt de ses cellules ? Est-ce que toutes les cellules cancereuses sont immortelles ? Non,

les siennes avaient une constitution particulière*. Elles sont uniques.

Si ces cellules étaient si précieuses c’est qu’elles permettaient de faire des expériences “in vivo”. Aussitôt Gey s’empressa d’en procurer gratuitement à tous les laboratoires autour de lui, lors de ses déplacements, il se promenait toujours avec un tube dans ses poches, au cas où on lui en demanderait, puis ne pouvant plus fournir, ensuite il fabriqua des installations pour accélérer les cultures et mis au point un système d’envoi, dans tout le pays, puis finalement dans tous les laboratoires du monde entier, toujours gratuitement. On pouvait même se servir des cellules congelées sans les décongeler au préalable, ce qui est extraordinaire.

Dans la foulée face à la demande de cellules, des laboratoires se spécialisèrent dans la culture de cellules, dont la principale occupation devint de fournir d’autres labos, faisant payer leur expéditions entre 20 et 50 dollars.

Mais vingt ans après, en 1971, personne ne savait à qui avaient appartenu les cellules qui circulaient dans les laboratoires du monde entier.

Mais la famille d’Henrietta ne savait toujours rien et, naturellement, Henrietta ne sut rien de tout ça. Après les traitements (chimio et radiothérapies), elle était rentrée  chez elle chaque fois, sans parler à quiconque de sa maladie, excepté à son amie chez qui elle se réfugiait !  

Voir ci-contre le thème natal, pour lequel je n’ai pas d’heure de naissance, j’ai choisi de la faire naitre à 14 h 15,  car d’après l’avis de ses proches elle était très solaire donc son soleil doit être assez haut,  et sa lune se trouve plutôt en Poissons opposée à Saturne en Vierge, ce qui lui donne un ascendant Scorpion, ce qui montre dès le départ une lutte pour vivre, avec Mars qui tombe en secteur XII, sur le nœud nord, à cause de la disparition suite au mal, avec Pluton en secteur VIII, maitres tout deux de l’ascendant, (histoire d’argent des ancêtres blancs et de transmission de secrets). Saturne au MC signifie l’importance de son grand père qui remplaça sa mère, avec justement l’opposition Lune-Saturne (privation de celle-ci qui se perpétua chez ses enfants).

La Lune est conjointe à Uranus en Poissons, montrant un éveil spirituel, et une personne sur d’elle. Mais de toute façons, il a été rapporté dans le livre par toute sa famille que sa conduite était celle d’une personne sérieuse, pieuse, humaine et généreuse : vous pouvez voir un grand trigone d’eau, impliquant Mars nœud nord, Pluton, et la Lune-Uranus, acteurs du thème, le trigone Mars-Lune, le trigone Uranus-Pluton impliquant Lune-Pluton, montrant toute la dureté la passion et la violence de sa courte vie.

On trouve aussi les sextiles Lune noire-Lune, impliquant une dualité entre la mère et la jeune femme qui veut mener sa vie, et Saturne-Pluton qui montre que la dureté de l’époque s’effaçant  trop lentement, Pluton symbolisant la transformation de l’ ordre des lois de Saturne (ségrégation aux Etats-Unis).

Dans le thème de la disparition,  la lune est sur son ascendant natal, Uranus est en sesqui-carré, conjoint lune noire moyenne. La Lune apparait sur l’ascendant fréquemment au moment du DC. On trouve la même  conjonction Soleil-Neptune de sa naissance mais en Balance, Neptune étant en rapport avec les virus, des maladies microbiennes et l’extension de ceux-ci, la conjonction Soleil-Saturne avec Saturne en exaltation en Balance, indique que son cœur est usé mais indique peut-être aussi, son sacrifice involontaire, pour l’humanité (sur le plan de la réincarnation le “involontaire” peut se discuter), le nœud sud se trouve sur ses planètes natales Saturne, et Mars -le sang. 

Sa Lune natale en Poissons à la limite, (conjointe Uranus en Poissons : l’éveil) était  aussi opposée à Jupiter natal en Lion, symbole des artères (la circulation du sang qui part du cœur), le Lion étant le symbole du cœur. A cette époque en 1951, Pluton était en transit en Lion sur son Jupiter  : dans l’association de ses deux planètes Jupiter symbolise à la fois l’extension des cellules et en même temps le traitement, puisque Pluton symbolise le radium qui est le traitement du cancer. Mars était arrivé en Vierge où il allait appliquer son Saturne natal lui-même opposé à Uranus en Poissons, conjoint à sa Lune en Poissons. La Lune de transit était en Scorpion, en carré avec Mars et Pluton et, en sesqui-carré avec Uranus et la Lune noire.

Après la découverte, on lui fit une autopsie pour lui prélever un second échantillon, permission fut demandée à la famille mais sans donner la vraie raison.

Après sa disparition, les médecins décidèrent construire une usine He La, pour faire face à la polio (fléau des années cinquante).

A Tuskegee, des scientifiques et techniciens mirent au point une usine dans laquelle, on confectionnait des milliers de litres de milieu de culture, selon la formule de Gey (qui n’en tira jamais aucun bénéfice financier), à partir de sel de minéraux et de sérum, prélevés sur les étudiants, soldats et producteurs de coton volontaires, sans doute pour quelques cents.

Peu à peu, 35 scientifiques et techniciens, produisirent six mille milliards de cellules par semaine. La commercialisation du matériel biologique humain devint une industrie, pesant plusieurs milliards de dollars.

L’apport de ces cellules est incommensurable* : elles ont fait décoller la science de la virologie, permirent de mettre au point leur congélation, ceci afin d’être diffusées dans le monde entier amenant l’harmonisation des protocoles de culture.

En 1953, elles ouvrirent la voie du clonage, grâce à une erreur de manipulation !

Gey s’en servit pour soigner la fièvre hémorragique des soldats, en 1953. Dans les années soixante, elles étaient omniprésentes, le “scientific american” expliquait comment en cultiver à domicile, en suivant un article de bricolage. Elles furent embarquées dans le second sattelite russe lancé en soixante. Les premiers astronautes en emportérent dans leur poche : les savants américains en avaient envoyé dans l’espace à bord du satellite Discorverer XVIII, elles étaient plus fortes après chaque voyage.

Mais on fit des choses moins honnêtes avec ces cellules et, l’éthique finit par s’en mêler. En 1965, Harris et Watkins combinèrent des cellules HeLa avec des cellules de souris et, créèrent les premiers hybrides humains animaux, sans aucune visées « diaboliques », bien que les journaux s’empressèrent de le crier. Les laboratoires pharmaceutiques remplacèrent les animaux de laboratoires par des cellules HeLa.

Cependant, ceci mis d’autres chercheurs sur la piste de l’hybridation génétique, posant les bases de la carte du génome humain, identification de tous les gènes humains.Finalement, on dénombra le nombre de chromosomes dans une cellule, 46, alors qu’on pensait alors qu’il en existait 48.

Les labos produisirent le premiers anticorps monoclonaux, protéines qui interviendraient plus tard dans la thérapie du cancer comme l’Herceptin.

Ils démontrèrent que les ADN de deux individus, voir de différentes espèces, pouvaient cohabiter à l’intérieur d’une même cellule sans se rejeter, ce qui était une avancée pour les greffes.

Cependant, dans les années 1966, les scientifiques se rendirent compte que quelque chose n’allait pas et, il fallut revoir les stocks de cellules, car certains chercheurs ne savaient même pas qu’ils travaillaient sur des cellules cancéreuses ! Par exemple un chercheur voulant faire des greffes de peau sur des patients brulés, lui innocula le cancer, car il ignorait tout de la provenance de son matériel cellulaire.

On chercha la source et donc le nom de la donneuse, ce qui remonta le fil de l’histoire. et, le fait de savoir qu’elle était afro-américaine permis de mettre en valeur un marqueur génétique G6PD-A  qui ne concerne que les afro américains : dès lors des tests génétiques spéciaux furent conçus pour détecter la trace des cellules HeLa dans les cultures où l’on ne faisait pas de différence entre les cellules saines et, les cellules cancéreuses HeLa, ce qui bien sur  pouvait affecter certains résultats.

En 1976, la famille Lacks découvrit enfin, qu’on vendait et achetait des cellules d’Henrietta, alors qu’ils n’avaient pas les moyens de se faire soigner eux-mêmes !

En 1986, un certain Moore qui avait eu un cancer du pancréas se douta qu’il  y avait quelque chose de louche dans l’amabilité du docteur Golde qui le traitait : son avocat s’aperçut qu’il avait passer sept ans à commercialiser une lignée cellulaire baptisée “Mo”. Golde avait déposé une demande de brevet. La lignée cellulaire Mo était éstimèe à trois milliards de dollars. Or, il avait fallu attendre 1980 pour que puissent être brevetés des objets biologiques : les cellules de Moore produisaient des protéines rares que les compagnies pharmaceutiques pouvaient utiliser pour soigner le cancer et d’autres infections. Moore lança un procès qu’il perdit parce qu’il n’avait pas été informé à temps. Mais la cour  déclara enfin officiellement que « les médecins doivent faire part des intérêts financiers à leur patient, même si aucune loi ne l’exige ».

Par contre, un autre amèricain nommé Slavin qui avait été averti par son médecin de la valeur marchande de son sang d’hémophile, permit ensuite de fabriquer un vaccin contre l’hépatite B grâce à ses anticorps. Slavin vendit son sang, parce qu’il était dans la misère, mais par contre, en fit cadeau à Baruch Blumberg, virologiste, afin qu’il s’en serve pour ses recherches (il avait découvert le test pour identifier les anticorps de Slavin). Grâce à cela Blumberg finit par isoler le lien entre l’hépatite B et le cancer du foie et, créa le premier vaccin contre l’hépatite B pour lequel il reçut le prix Nobel en 2008.

Aujourd’hui, deux millions d’américains vendraient leur plasma sanguin de manière régulière.

La famille Lacks n’avait toujours alors, aucune idée de ce qui se passait, tandis que Déborrah, la dernière fille d’Henrietta faisait des recherches sur la vie de sa mère et sur ces fameuses cellules dans l’espoir d’avoir des informations sur sa mère dont elle n’avait qu’un vague souvenir et une seule photo !

Dans les années 1980/85, Jo le dernier fils d’Henrietta, celui qui avait été dans son ventre alors que la maladie la dévorait, s’était converti en prison et était devenu Zakarriyya : c’est sous ce nom qu’il entreprit de faire des tests rémunérés, à l’hôpital Hopkins mais l’hôpital J. Hopkins ne découvrit pas qu’il était le fils d’Henrietta : ceci explique qu’il se soit senti lésé.

Enfin sa  fille cadette Deborah, faisant des recherches sur les fameuses cellules de sa mère,  tomba sur le livre qu’un certain Golde qui contenait le dossier médical de sa mère , alors qu’elle même n’y avait jamais eu accès, avec les détails atroces de son autopsie et décrivant les souffrances intimes de sa fin de vie à l’hôpital ! Il s’agissait ici d’un cas de violation de la vie privée, mais Golde ni personne ne dirent jamais comment ce dossier était parvenu dans les mains d’un journaliste.

Devant ce qu’elle considéra à juste titre comme une humiliation et un scandale Déborah passa des jours et des nuits en pleurs, car elle avait été depuis des années à la recherche de détails sur la vie de sa mère, sans que personne ne puisse ou ne songe à lui en donner un seul.

Cependant les cellules continuaient de servir la science…

En 1984 trente ans après la mort d’Henrietta, Harald Zur Hausen (prix Nobel de physiologie ou médecine en 1976 pour la découverte concernant de nouveaux mécanismes expliquant l’origine et la dissémination des maladies infectieuses) découvrit une nouvelle souche d’un virus sexuellement transmissible, le papillomarvirus humain (18 HPV-18). Il réclama les cellules de la biopsie originelle d’ Henrietta et découvrit qu’ Henrietta avait été infectée par des copies multiples de HPV-18, les plus virulentes du virus.

Ensuite, Blumberg identifia le virus de l’hépatite B, et développa plus tard un test diagnostic et un vaccin !

Au début de l’épidémie de Sida, les chercheurs se servirent des cellules HeLa pour établir de quoi le HIV avait besoin pour infecter une cellule, étape importante pour la compréhension du virus, et la découverte d’un moyen potentiel de l’arrêter.

Tous les savants sont unanimes : aucune tumeur ne ressemble à celle d’Henrietta car les cellules d’Henrietta sont immortelles.

Cependant les chercheurs considèrent que du fait de leur multiplication (des tonnes) ces cellules n’ont plus rien d’humain, ce sont une espèce à part, car ce n’est plus l’ADN d’Henrietta, elles sont maintenant toutes différentes les unes des autres.

Les cellules normales sont programmées pour mourir : la différence entre des cellules normales et les cellules malades HeLa est constituée par les télomères, brin d’ADN à l’extrémité de chaque chromosome, se raccourcissant chaque fois qu’une cellule se divise, jusqu’à pratiquement disparaitre  lorsqu’elles cessent de se diviser, moment où finalement elles meurent. Plus nous vieillissons, plus nos télomères sont courts et moins les cellules ont de temps pour se diviser avant de s’éteindre.

Mais, au début des années 90 un chercheur découvrit en travaillant AVEC les cellules cancereuses d’HeLa, une substance «la télomèrase» qui reconstitue indéfiniment les télomères de cellules cancereuses. C’est ce qui se passe pour les cellules d’Henrietta qui se développent indéfiniment et plus vite, que toutes les autres cellules qu’elles rencontrent !

Les recherches continuent et c’est grâce à l’apport des cellules HeLa de la femme qui s’appelait Henrietta Lacks, un être qui vécu en entre 1920 et 1951 ! Qu’un hommage lui soit rendu était la moindre des choses !

Au début des années 2000, une fondation Henrietta Lacks finit par voir le jour. Trop tard pour les protagonistes de cette histoire, mais du moins les descendants d’Henrietta voient leur grand-mère reconnue pour sa participation involontaire au progrès de la médecine : actuellement plus de 125 universités enseignent cette affaire  qui est diffusée dans les bibliothèques, les écoles (un film est sorti en avril 2017 aux Etats-Unis).

* elles sont uniques, si je ne me trompe pas parce qu’elle avait eu la syphilis, dont elle avait guéri,  avant d’avoir ce cancer, ce qui leur aurait donné une plus grande résistance

 

*Limite de Hayflick et télomérase :
Au bout d’un certain nombre de divisions, et donc de réplications, les fibroblastes humains perdent leur potentiel de prolifération et rentrent en sénescence (ils ne peuvent plus se diviser). En fait, la sénescence cellulaire est corrélée avec le raccourcissement des télomères.
De plus, une réponse aux dommages de l’ADN est activée lorsque la taille des télomères devient critique. La télomérase contrecarre la sénescence cellulaire (voir article : http://www.chardonmarie.fr/chardon-marie-activateur-de-la-telomerase/).

 

 


Print Friendly, PDF & Email

Jupiter arrive en Scorpion !

Ca y est ! Jupiter arrive dans le Scorpion le 11 octobre 2017 ! Pour le signe de la Balance, c’est presque la fin de l’opposition avec Uranus.

L’opposition devient dissociée, elle se fait entre deux signes qui ne sont pas dans le même axe, elle est encore forte car Jupiter en Scorpion est dans un signe de Mars,

tandis qu’Uranus est en Bélier,  maitrisées toutes les deux par Mars en Vierge : faire son bilan !

Uranus augmenté de Jupiter surexcite les neurones, la circulation au niveau artériel, augmente le désir de changements brusques, donnant des mouvements d’humeurs, bref épuise et ça c’est presque fini, comme Uranus rétrograde sur le 25em degré et que Jupiter avance, dès novembre elles seront  bien séparées !

Le Scorpion, comme tous les signes est un symbole c’est la capacité à attirer, c’est ce que nous détestons, aimons ou détestons aimer (fumer, boire, vous voyez ?).

Le Scorpion est le champ de bataille du contrôle, avoir plus de pouvoir dans la vie, faire la conquête. Les signes sont les douze travaux d’Hercule, à chaque signe vous êtes sommés de dépasser le piège du signe, et de comprendre son intention.

Au Scorpion le défi c’est de vivre sans jugement, sans préjugés, sans possession. C’est une des raisons pour laquelle se signe parait soumis à tellement d’épreuves extrêmes, qu’on lui demande de se dépasser.

Quel pouvoir amplifié pendant un an pour les porteurs d’un signe du Scorpion ! Qu’il soit Soleil Scorpion  ou ascendant Scorpion angulaire ou possédant un amas de planètes dans le Scorpion dans le thème, avec un Pluton ou un Mars très fort maitre d’ascendant qui les aidera à conquérir, prospérer, contrôler.

Le Scorpion, c’est la polarité du Taureau, il peut abuser de tout, mais en douce, en se dissimulant. C’est une ambiance faite de mystère et de camouflage,  c’est la maison VIII, une tendance à l’introversion,  à la dissimulation, c’est le règne de l’inconscient. C’est aussi  l’argent des associations, du couple, le sexe et les fruits du sexe (les enfants, et les sous du sexe, maladies comprises), mais quand il est bien compris pas forcement bien aspecté mais bien dépassé il peut accéder à une évolution intérieure par une transformation nécessaire. C’est selon la maison où il se trouve, l’attitude en face du problème de la maison lui posant un défi, qu’il peut faire une mutation.

La planète est l’actrice dans un signe : Jupiter symbolisant le pouvoir de bien faire, de protéger, d’amener une prospérité , mais Jupiter reste Jupiter partout, “il arrose tout de son engrais, même les mauvaises herbes”, il fait pousser les fleurs mais aussi les orties  ! Cet engrais est-il bio, cette fois-ci ?

Le Scorpion va être le terreau de Jupiter. Par analogie, il trouve ici toutes sortes de choses, les pires comme les meilleures. Nous avons tous une maison ou deux (maisons liées) en Scorpion, c’est donc un défi pour nous de résister à la tentation du pire, c’est un défi de gains et de dons, d’amour et de haine, de pouvoir et de lâcher prise, de possession et de dépossession. C’est un signe fixe très puissant et dangereux, si on le laisse filer vers ses tendances latentes de base, mais le défi qu’il contient c’est de nous obliger à faire une énorme transformation intérieure.

C’est le moment de faire le bilan de nos actes, nos paroles, d’accepter de nous confronter avec notre part d’ombre (tout le monde en a une, aussi innocente soit-elle), il est temps de grandir, de gagner en maturité, de se confronter avec les grands problémes de notre existence : avec le signe du Scorpion, Jupiter entre dans le tunnel. Il faut lâcher son côté sombre et adopter par un retournement une lumineuse profondeur, s’ouvrir, parce qu’avec Jupiter, on peut soit “se la jouer perso, soit se la jouer collectif.”

Il faut bien reconnaitre que chaque fois qu’une planète lente passe en Scorpion  (comme Saturne, Uranus, Neptune ou Pluton) la société voit des changements en matière de lois au niveau des questions de mœurs : argent, sexe, mariage, contraception, procréation, mais aussi maladies et progrès médicaux. A noter que Saturne revient tout les 29 ans, tandis que Jupiter passe environ tous les douze ans, ce qui est moins rare. Uranus reste 7 ans dans un signe, Neptune et Pluton une vingtaine d’année en moyenne. La conjonction de Vénus et Mars, en Scorpion est aussi un déclencheur de faits,  même que le passage du nœud lunaire sud tous les 19 ans environ.

Certains faits se préparent dans le signe précédent dont ils sont le fruit, socialement parlant, les autres pays nous devancent ou nous suivent, c’est une vision globale, ce n’est pas une vision comptable, c’est une évolution ou une révolution, ou une dégradation (selon le point de vue). Le fait que le Scorpion soit précédé de la Balance et suivi du Sagittaire montre qu’il vient pour limiter, épurer ou détruite la vision de communion sociale de la Balance puis qu’ensuite le Sagittaire vient pour en tirer une sagesse qui sera installer socialement par des lois concrétes en Capricorne.

Exemples :

Durant la décennie soixante Neptune est en Scorpion apparition de la contraception avec la pilule (1967 en France, 1965 en Allemagne, RDA 1963)  libération de la femme au niveau de sa responsabilité pleine et entière pour le droit à disposer de son corps, même si maintenant, certaines s’en accommodent mal.

Durant le passage d’Uranus en Scorpion en Janvier 1975, loi Veil sur l’avortement en France,et sur le viol qui  est sanctionné par la loi n° 80-1041 le 23 décembre 1980 relative à la répression du viol et de certains attentats aux mœurs, puni de 15 ans,

en 1981 aux Etats-Unis  , c’est la première fécondation in vitro réussie. Mais (le premier bébé était né au Royaume-Uni en 1978.

Fin 1983 avec l’entrée de Pluton en Scorpion (sortie en janvier 1995), on voit l’arrivée du SIDA dans la communauté humaine.

La dernière fois que le nœud sud était en Scorpion dès Avril 2003 avec les planètes Vénus et Mars en conjonction,  il y a eu les premier cas de grippe aviaire (et la fabrication des vaccins), la reconnaissance de l’esclavage par la République Française (source s’il en est d’affaires de mœurs).

La dernière fois que Jupiter était en Scorpion de fin 2005 à 2006, ce furent, par exemples,  les violences urbaines de Clichy sous Bois, qui ont fait date à cause de la mort de deux adolescents (“accident” dans un transformateur mort de Benna et de Traoré le 27/10/2005 voir ci contre avec Jupiter conjoint Soleil). On en revient à des questions sociétales qui nous ont mené au pire, mais qui hélas ne nous ont pas fait avancer. En 2006, ce fut le premier mort du chikungunya à la Réunion, mais la première greffée du visage en France.

Comme la durée du passage de Pluton en Scorpion dura jusqu’en janvier 1995, on a assisté au débat sur le port du voile dans les écoles française (loi en 2004), débat qui fut suivi par l’interdiction de la dissimulation du visage par un voile dans l’espace public français, voté en 2010

Saturne en Scorpion en 2013 a vu la légalisation du mariage des couples homosexuels.

Pour le passage de Jupiter en Scorpion, on peut donc s’attendre à des surprises vu l’ampleur des enjeux actuels : questions brulantes des mères porteuses, euthanasie assistée, rebondissements dans les affaires financières politiques ou non. Rien n’est mièvre avec ce signe.

Au niveau individuel , pour ceux qui sont du signe et de l’ascendant Scorpion, s’ils sont prudents, on peut voir une embellie dans leur situation, mais sans optimisme excessif, plutôt une transformation acceptée, comme une évolution de poste, un déménagement, un départ, toutes choses qu’on se décide enfin à faire pour dénouer une situation, et se remettre sur pieds avec courage et pugnacité.

On peut en profiter pour suivre une discipline positive qui améliorera l’état d’esprit, car si Jupiter entre en Scorpion pour fouiller dans les sous-sols de notre inconscient, le jour de son arrivée, il est en trigone avec la lune en domicile en Cancer.

Saturne, qui stationne dans son signe va sortir du Sagittaire et entrer en capricorne le 21 décembre 2017  (avec la lune noire moyenne qui le talonne), pour se retrouver avec Pluton, maitre du Scorpion …donc maitre de Jupiter,

et le Capricorne, c’est bio, et dès lors les deux extrêmes vont donc se mesurer avec un net avantage pour le Capricorne, donc en attendant préparez-vous à faire face à l’austérité !

Print Friendly, PDF & Email

L’axe Bélier-Balance

A la rencontre de son soi avec l'axe Bélier-BalanceQuelle est la place de l’axe Bélier–Balance dans le thème ?

L’Astrologie transcendantale attribue une grande importance au signe de la Balance qui représente l’épreuve la plus difficile pour l’évolution de l’individu. Dans un thème type, on trouve le signe du Bélier sur l’Ascendant et le signe de la Balance sur le descendant  en Maison VII.

L’axe des signes Bélier-Balance est l’axe de l’identification première, du  “je” placé en Bélier avec en face le “nous, l’Autreen Balance– les relations primordiales.

On peut en déduire que l’axe a une place de choix  dans les 6 axes, probablement déterminante, dans la vie et l’évolution de l’individu. A la rencontre de son soi avec l'axe Bélier-BalanceLà où se trouve le signe du Bélier dans le thème, existe l’élan le plus fort dans la constitution de l’Ego par l’intermédiaire de la maisons où il se trouve. La première expérience du relationnel avec besoin des autres, d’harmonie, de conciliation et de justice dans la maison se vivra là, sur cet axe de maisons dans la maison qui fait face. Même s’il n’y a que peu de degrés dans le signe de la Balance dans une maison, c’est le signe qui est sur la porte  d’une maison qui fait autorité, pour diffuser à sa façon (avec sa tonalité) l’énergie des planètes qui le visite par transit, qui l’habite ou le maîtrise – un signe est toujours actionné par son maître-gérant, qui se situe souvent ailleurs dans le thème dans une autre maison et qui, comme tout propriétaire récupère les fruits bons ou mauvais des planètes qui y séjournent. 

Quand nous trouvons dans un thème individuel, cet axe de signes placé dans un axe de maisons différent de l’axe type -I/VII – nous  abordons ici notre épreuve de l’Ego et du relationnel, l’expérience du Moi et l’Autre, (le grand Autre) qui commencera à partir de cet axe et, non pas tant à partir de l’Ascendant qui peut se situer dans n’importe quel autre signe, et au final les deux axes se combinent, pour jouer sur notre manière d’aller vers les autres et de nous situer en tant que personne bien identifiée.

Il peut y avoir une distorsion et l’axe réel de l’ascendant-descendant qui peut avoir fort à faire :

soit par exemple parce qu’il est situé dans une tonalité de signes qui le rend peu enclin à communiquer d’une façon, car parler ne signifie pas communiquer :  un ascendant Poissons (introverti) qui va avoir une maison III en Bélier, une maison IX en Balance, devrait s’affirmer dans son entourage, et sa fratrie!

ou autre exemple : à cause de la présence de la Lune noire en I, qui empêche d’ exister en tant qu’ego (ainsi comment aller vers l’autre?).

Il existe également le cas du signe intercepté : un signe intercepté joue son rôle à notre insu dans sa maison, si la Balance est interceptée la personne vivra son harmonie avec les autres d’une manière incontrôlée, non maîtrisée par un instinct qui se manifestera lors des grands transits surtout. Elle n’aura pas la conscience claire de ce qui se joue, elle n’aura plus envie de se relier, lorsqu’ il n’y aura pas de stimulus, elle se repliera. Au niveau du Bélier, la conscience de soi n’est pas clair, l’Ego ne se manifestant pas suffisamment en Poissons qui est le signe sur la porte d’entrée de la maison..

Dans les thèmes personnels, on voit que de nombreux cas sont possibles.

Dans un thème individuel l’évolution individuelle est partout, mais théoriquement, la partie du thème la plus difficile pour l’évolution se situe du signe de la Balance au signe des Poissons inclus, avec un passage très difficile au niveau de la Balance.

Lorsqu’on a les signes  “socialisants, communautaires” en hémisphère nord soit en dessous de l’horizon, (en particulier les trois derniers signes comme le Sagittaire, le Capricorne,  le Verseau, les Poissons), on a d’abord une conscience sociale des autres avant d’avoir une conscience de soi : c’est au contact des autres, par les expériences qu’on vit qu’on découvre qui ont est, on est alors plus dépendant du jugement des autres. Les signes de la Balance aux Poissons sont des signes sociaux, en rapport avec les autres.

Voici quelques indices pour le programme des signes collectifs

Balance : On s’occupe d’abord de ce que font, pensent les autres, on veut harmoniser et on aime voir régner la justice.

Scorpion : Qui sont les autres ?  ils me font peur (je mettrais le Scorpion à part, du fait de sa très grande difficulté à coopérer d’une manière harmonieuse, son travail est de vaincre cette tendance, peu y arrivent).

Sagittaire : Où sont les autres? Comment ils pensent, comment ils vivent? Comment ils voyagent?

Capricorne : Le devoir envers la communauté, l’intégrité, le pouvoir, la solitude voulue ou subie.

Verseau : L’humanité à laquelle je participe, l’espoir, l’originalité.

Poissons : Tous les autres sont en moi, je suis le cosmos, je ne reçois peut-être pas ce que j’investis.

On ne sort pas de cela si on n’ouvre pas consciemment la porte, avec les planètes par des expériences de communication. 

D’après, “l’Astrologie transcendantale” de Jean de Larche.

 

Print Friendly, PDF & Email

Conjonction Vénus Mars et Pleine lune Balance 2017

La conjonction Vénus Mars en Vierge a lieu le 5 et le 6 octobre 2017 entre 19° et 20° Vierge,  en même temps que la pleine Lune en Bélier avec le Soleil en Balance, à 12°43 . Cela renforce, au tournant du mois, les mouvements dans le signe de la Balance.

On se trouve devant un phénomène assez peu courant étant donné que la conjonction Vénus-Mars dans un signe ne se produit que tous les deux ans environ. Bien qu’en Vierge, Vénus est maitresse du signe de la Balance donc du Soleil, Mars maitre du signe du Bélier donc de la Lune donc reliée à la pleine Lune.

On étudie ce cycle et il est  intéressant de revenir à sa propre phase natale Vénus- Mars dans le thème.

Ruperti dit dans son livre « les cycles du devenir »

” La phase natale Vénus-Mars (l’écart entre Vénus et Mars mesuré en degrés le jour de la naissance) confère une coloration spécifique à nos sentiments et émotions personnels.

Que la phase soit croissante ou décroissante, elle décrit la façon dont Vénus et Mars fonctionnent dans la personnalité.

Dans le cas d’une phase croissante Mars-Vénus, Vénus est au service de Mars, avec des valeurs subjectives, le désir de se lancer dans des expériences instinctives, avec une déception au carré croissant entre le projet et le résultat !

Dans la phase décroissante, il y a une objectivité émotionnelle, mais également une indécision, un conflit entre le désir et la volonté d’agir, l’incapacité à mobiliser l’énergie suffisante pour essayer d’obtenir ce qu’on veut intensément, il y a complication émotionnelle au carré décroissant car si on fait des expériences, elles tendront à détruire la confortable inertie du bonheur personnel. 

La source karmique ou ancestrale des sentiments et tendance émotionnelle à la naissance se trouvera dans la conjonction avant la naissance, cherchez la position dans les éphémérides en remontant jusqu’au moment où Vénus rencontre Mars avant votre naissance, c a d le moment où Mars lui donne son impulsion dans le signe où elle se trouvait, on cherche ensuite dans quel signe de notre thème s’est produite cette conjonction  donnant des indications pratiques de la source nos tendances latentes. Puis pour trouver votre phase natale Vénus-Mars – l’aspect entre Vénus Mars – comptez l’écart en degrés dans le sens des signes.

Pour les personnes qui sont proches de la phase de  nées avec une conjonction même large (les deux planètes dans le même signe), l’aspect actuellement  constitue un transit en résonance offrant un renouveau, un début de quelque chose d’important, une prise de décision (voir quelle est la planète qui applique,car elle est plus forte, cela peut-être dans une conjonction fin de cycle si Vénus est avant dans le signe ou de début de cycle si Vénus est après).

C’est important pour les Balance du mois –surtout celles du second décan – d’autant que Vénus maitrise la Balance.

Alors quel influx puisque Vénus est en Vierge, ce mois-ci ?

Revenons aux bases: Vénus c’est la chair, les formes, notre manière d’aimer, les plaisirs matériels, l’argent aussi qui permet de s’en procurer , quand Vénus est en Vierge elle trouve de la terre comme dans le Taureau, mais c’est une terre plus sèche de fin d’été, il y aura peur de manquer, et on fera des réserves.

On dit que les sentiments ici sont moins expansifs, mesurés, raisonnés, au profit de la sécurité. La Balance, va devoir se raisonner et vivre plus petitement qu’elle ne le voudrait, mais les autres signes aussi, parce que la conjonction est un début de “restrictions” pour deux ans, jusqu’à la prochaine conjonction (si vous êtes retraité, vous pensez tout de suite à la CSG, si vous êtes parents d’enfants jeunes,  vous voyez leurs distractions réduites par les économies dans les écoles, leurs places qui se raréfient dans les facs, ainsi que vos APL, etc). Pour vos affaires sentimentales, c’est raisonnable, pas de passion, pas de folies.

Mars, elle, est la planète de la pulsion irréfléchie, le « ça » de Freud, le désir, l’indépendance, souvent le manque de goût sauf pour  Vénus, sa muse, qui va lui demander  des comptes !

Ce n’est pas le Bélier puissant ou le Lion rugissant, c’est l’activité de la fourmi. Aussi, les douleurs d’estomac, les maux de ventre sont au rendez-vous !

Ainsi l’alliance des deux planètes Vénus Mars, leur fusion pendant deux jours, colorera Vénus la plus rapide de la marque de ce Mars économe et refoulé qui veut équilibrer ses comptes. Seule consolation, Vénus en terre est ici mieux que Mars qui s’y étiole, parce que c’est le foyer, la vie simple et les comptes bien tenus et équilibrés.

Pluton étant apex dans le t-carré qui s’est formé pour la pleine Lune, la volonté du Soleil est violente, la sensibilité de la Lune passionnelle, tout cela crée des tensions.

Cependant, Vénus-Mars est en opposition avec Neptune pouvant produire le trouble et des erreurs d’aiguillage, au niveau sentimental et au niveau de l’action.

S’ajoute toujours l’opposition entre Uranus Bélier et Jupiter Balance, qui cessera quand Jupiter passera en Scorpion, mais cela auparavant peut être décisif pour ceux qui ont un aspect en résonance dans leur thème et qui ont patienté jusqu’ici.

Saturne, la Lune Noire , Mars et Vénus en Vierge, Neptune R en Poissons montre une accentuation dans la croix mutable qui est celle du changement extérieur aux individus du fait des planètes  lentes en aspects au rapides plus personnels, ce sont des évènements qui mêlent vie privée et vie publique qui ne dépendent pas que de nos actes personnels.

Saturne en Sagittaire en carré (l’autorité, la loi) provoque la mauvaise humeur de Mars en Vierge,  Vénus ne supporte pas du tout sa présence dans ses parages. Ajoutez à cela la présence de la Lune noire en conjonction à Saturne, qui jette le doute sur son action et vous aurez l’ambiance sociale actuelle, puisque la Balance symbolise la justice sociale.

Les trigones Mars- Vénus à Pluton aidés par les trigone Saturne Lune noire-Uranus risquent de ne pas mettre fin à ses dissensions car tout ceci est puissant et violent, et contient des affaires souterraines, symbolisées par la lune noire et Pluton.

Tout cela fait beaucoup, impossible de tout décrire ! C’est un moment de décisions pour la Balance, et toutes personnes ayant un ascendant Balance, un amas dans la Balance, notamment les jeunes adultes de la période 81 avec Jupiter conjoint Saturne et Pluton en Balance, mais aussi par polarité pour le signe du Bélier, avec un retentissement sur les Vierges du zodiaque.

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email