Le coup d’éclat de Nicolas Dupont Aignan

Il a fait le buz sur internet en quittant le plateau de TF1, parce qu’il considére que les candidats hors des partis officiels sont méprisés par l’audio visuel. Le gentil, le calme NDA, se fache.Il était temps s’il voulait se faire entendre. En face de candidats aussi omniprésents, il a sans doute aussi quelque chose à nous présenter. On peut lui laisser la parole puisqu’il a recueilli ses cinq cents signatures. C’est un élu,  plus modéré dont la parole n’est pas assez audible.

Né le 7 mars 1961, il vient de fêter son anniversaire, c’est surement la raison de cette réaction de colère ! Que peut-on lire dans son théme ?

Poissons ascendant Balance, on comprend qu’il ne fasse pas assez de bruit : l’air dessèche l’eau, mais peut faire des vagues, et même plus. Nous devons chercher Vénus maitre de l’ascendant et, Neptune maitre des Poissons.  Son Neptune rétrograde est conjoint à la lune en aspect séparant, mais en Scorpion, ce qui en fait un être tourmenté, mais actif car la Lune est trigone à Mars au MC en Cancer. Au MC, Mars est bien placé, la planète la plus haute et directe.

Mars maitrise ici la maison VII – les autres- et la Lune en Scorpion est reliée à Mercure, d’où le coup de gueule.Mercure est relié au noeud sud, il faut donc qu’il s’exprime, c’est dans l’ ADN de NDA.

La consonance plutonienne est forte, puisqu’il a aussi Pluton au nœud nord, (maitre de la Lune et de Neptune) nœud qui vient juste de repasser, repartant pour 9 ans, dans le bon sens, un nouvel espoir, mais avec des risques de pertes collatérales, Pluton étant toujours puissant (cependant pour certains, il est favorable), avec ici le sextile à Mars. Pluton est aussi en apex d’un triangle mineur situé dans un cerf-volant dont l’opposition met Pluton -en Vierge- en face du nœud sud conjoint quand même au Soleil. Mais ici le Soleil se conjugue au passé et Pluton est rétrograde, ce qui veut dire que la grande lumière n’est pas pour lui. Il a un grand trigone d’eau, qui ne favorise pas la première place, la seconde est possible (comme F. Fillon jadis).

Mars carré à l’ascendant, fait avec Vénus en maison VII un aspect de 70° (quintil), qui est l’aptitude à se rendre utile, servir. Effectivement, il est au service et, ses idées sont moins extrémistes que certains, tout en ayant une originalité qui peut convenir à la période.

Toutes les tendances issues du Scorpion et de Pluton en font une personnalité qui est faite pour le pouvoir et ses méandres, tandis que l’ascendant Balance  permet le contact avec le public, et le gout de la justice.

Son trigone Vénus Secteur VII- Uranus retro secteur XI, indique un gout “tempéré” pour la nouveauté, en même temps qu’une limite dans les libertés, l’ouverture, il faut voir aussi Mercure-Verseau opposé lune noire, maitrisé par cet Uranus rétrograde, d’où son orientation très tempérée, vers l’ouverture !.

On voit aussi que le seule axe où il n’a pas de planètes natales est l’axe Gémeaux-Sagittaire, l’axe de la communication : il n’est pas assez audible, pourtant son Mercure direct est dans le signe du verseau,  signe tourné vers les autres, mais opposé à sa lune noire : un Mercure critique, Mercure est également carré à la lune ce qui peut en faire un être capricieux et changeant, s’il parait aimable c’est grâce au sextile Mercure -Vénus natal.

Le maitre du Sagittaire, Jupiter, qui régit la maison III de la communication, est conjoint à Saturne en domicile en Capricorne au Fond du Ciel : un “chacun chez soi” dans l’austérité, la raison et la protection, et le maitre de l’ascendant Vénus 25° est en carré appliquant à Saturne 26° : en s’appliquant il demande un peu d’air à Saturne, mais reste dans ses limites.  Cependant, on remarque que sa Vénus progressée (en rouge) a dû être rétrograde puis est redevenue directe, puisqu’elle est directe au début de la maison VII, indiquant un changement dans son attitude, Mercure progressée étant maintenant en conjonction au Soleil progressé en Taureau : plus de terre, plus de concret, maitrisée donc par Vénus plus libre sans rapport avec Saturne et, que la lune progressée , elle, de passage en maison III, le rend enfin audible.

 

 

 

 

Trouble de somatisation et secret et non-dit

Jeantimir Kchaoudoff (1941-2017)

“Le trouble de somatisation entre dans la catégorie des troubles somatoformes, c’est-à-dire caractérisés par des symptômes physiques, dont l’origine est mentale. Également appelé syndrome de Briquet, le trouble de somatisation correspond généralement à des atteintes physiques provoquant des plaintes douloureuses d’ordre sexuel, neurologique ou intestinal. Une recherche a également démontré un lien de comorbidité entre le trouble de somatisation et le trouble de la personnalité, spécialement dans les troubles de la personnalité antisociale, borderline, narcissique, histrionique, évitante et dépendante

Généralement, les individus atteints par ce type de troubles consultent régulièrement le corps médical afin de trouver un traitement. Ils peuvent également présenter des difficultés sociales voire professionnelles. La pratique d’une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) reste le traitement le plus adapté pour enrayer un trouble de somatisation.

Annie a 35 ans, elle est venue consulter pour un état anxio-dépressif : depuis le jour de l’anniversaire de ses 30 ans, elle présente des symptômes de dépression avec angoisses et anorexie. Elle colmate cet état dans l’hyperactivité et exerce sans limites sa spécialité médicale. Elle présente un Surmoi très fort et des défenses dans le registre du contrôle.

D’emblée elle situe sa problématique comme centrée sur la question de la maternité : elle ne peut pas « concevoir d’être mère », dit-elle.

Un secret émerge dans les toutes premières séances : quand elle était adolescente, sa mère a été hospitalisée en gynécologie, sans qu’elle en ait su la raison. Elle a imaginé l’existence d’un cancer, dont sa mère aurait voulu la protéger en n’en disant rien.

Lors de ses études de médecine elle a fait un stage dans ce service et a consulté le dossier de sa mère : elle a alors appris que sa mère avait fait une IVG, puis avait subi, trois ans plus tard, une hystérectomie.

Depuis ce jour, elle porte ce secret et se retrouve dans la position de savoir quelque chose qu’elle n’est pas supposée savoir et qu’elle a « volé » dans un dossier médical.

Annie s’est mariée récemment avec un homme qu’elle connaît depuis des années, lors desquelles ils vivaient séparés géographiquement. Elle a alors accepté de venir le rejoindre dans sa région et y a installé son cabinet. Depuis leur installation dans une nouvelle maison plus grande, ils n’ont plus de relations sexuelles.

Six mois après le début de la prise en charge, Annie va mieux, mais à l’occasion d’une interruption liée aux vacances d’été, elle retombe dans un état anxiodépressif qui l’amène à retourner voir le psychiatre qui la suit ; il nomme la problématique autour de la séparation et de l’abandon, puis lui prescrit des antidépresseurs qu’elle accepte pour la première fois.

L’absence d’objet interne qui lui fait ressentir la séparation comme « un vide dans le corps » peut être reprise en thérapie. Un lien est établi avec le fantasme de rejeter/tuer l’enfant au moment de la naissance : donner la vie, c’est donner la mort, ce qui la ramène au fantasme de la mère mortifère.

La séparation est évoquée également sous l’angle du déracinement qu’elle a subi à l’âge de 10 ans lorsqu’elle a quitté l’île tropicale où elle avait vécu jusqu’alors. Elle pleure en évoquant la prise de conscience concernant le « plus jamais » du deuil à propos de son chien qu’elle laissait là-bas et qu’elle ne reverrait plus.

Deux mois plus tard Annie est de nouveau très mal et j’apprends qu’elle a arrêté brutalement le traitement par antidépresseurs. L’analyse de ce passage à l’acte aboutit à son désir de vérifier si l’amélioration qu’elle ressentait était due à elle-même et à son travail psychothérapique ou aux ATD. Je lui montre alors qu’elle a fait la séparation dans l’acting out. La séance suivante elle oublie son rendez-vous !

Elle revient alors sur des passages à l’acte antérieurs : par deux fois, avant et après son mariage, elle a quitté son mari et est partie s’installer à l’hôtel, dix jours la première fois, moins longtemps la deuxième. Seule dans sa chambre d’hôtel elle s’est sentie abandonnée, elle entend qu’elle agit la séparation en réponse à une angoisse d’abandon.

Après neuf mois de thérapie elle décide d’aller voir ses parents pour leur parler. Elle leur dit qu’elle connaît le secret, et comment elle l’a su. Le père lui répond que cette IVG a représenté un traumatisme pour lui et manifeste son émotion. La mère lui raconte son histoire :

Un mois après son mariage, à 24 ans, elle a subi l’ablation d’un ovaire en raison d’un kyste. Elle a éprouvé une grande inquiétude, se demandant si elle serait capable d’avoir des enfants. La naissance de sa fille, Annie, l’a rassurée, puis elle a eu un deuxième enfant, un garçon né prématurément le jour de l’anniversaire de son père. Elle désirait un troisième enfant mais se l’est interdit en raison de leur situation d’expatriés ; à l’époque une jeune femme de ses amies était décédée en accouchant à l’hôpital local. Une fausse couche est ensuite intervenue pendant un séjour en France.

De retour en France, elle a de nouveau été enceinte et l’échographie a montré un kyste sur l’ovaire, ce qui a provoqué une panique qu’elle a transmise à son mari : le fantasme sur ce kyste qui pouvait se transformer en cancer l’a amenée à prendre dans la précipitation la décision de recourir à une IVG. Trois ans plus tard elle a subi une hystérectomie pour endométriose.

Après avoir entendu l’histoire de sa mère Annie lui expose qu’elle-même ne peut pas faire d’enfant et la mère lui réplique alors : « Va te faire soigner ! » « J’ai ressenti cette phrase comme une condamnation », commente Annie dans une grande émotion. La possibilité d’un cancer, imaginé par la fille, était donc aussi présente dans le fantasme de la mère.  Annie entend maintenant ce recours à l’IVG comme un passage à l’acte, dans la panique.

De plus, faire un enfant équivaut à se mettre en danger de mort, et l’on voit comment toutes les angoisses de la mère ont été transmises à la fille dans le non-dit. Par la suite, les passages à l’acte ont cessé, pour faire place à un travail d’élaboration. Lors d’un épisode anxieux sévère, bloquant toute élaboration, il suffira d’une interprétation pour que l’angoisse retombe et que reprenne l’élaboration.”

rappel : Comprendre l’origine de certaines maladies pour pouvoir les soigner

 

 

Personnalité histrionique

La personnalité histrionnique a aussi été longtemps dénommée personnalité hystérique dans le domaine de la psychiatrie, décrit par Freud (pour parler surtout des femmes).

Ce terme est moins employé aujourd’hui. Le propre d’une personnalité histrionique (homme ou femme) c’est qu’elle a besoin de se mettre en scène, qu’elle théâtralise ses échanges avec les autres. Il s’agit le plus souvent de femmes, elle donne l’impression d’avoir besoin de se faire remarquer (en astrologie c’est le type feu ou air)

Elle ne supporte pas que quelqu’un d’autre soit au centre de l’attention. Elle croit avoir des amis très proches, mais en réalité, son entourage la supporte assez mal, ne pouvant pas vraiment s’exprimer quand elle est là, ni même échanger avec elle, en tête-à-tête, car elle fonctionne, là aussi, de la même manière, comme si elle était devant un public.

On dirait qu’elle est en représentation perpétuelle et ne sait pas vraiment se laisser aller, à être elle-même. Et c’est fatigant pour les autres, qui perçoivent qu’ils n’ont pas de relation profonde avec elle.  

«Pour parler d’une personnalité histrionique, on observe au moins 5 des 8 caractères suivants :

– Le sujet est mal à l’aise dans les situations où il n’est pas le centre de l’attention.

– L’interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadaptée .

– L’expression émotionnelle est superficielle et changeante.

– Le sujet utilise régulièrement son aspect physique pour attirer l’attention

– La manière de parler est très subjective

– Il y a une dramatisation, une exagération de l’expression émotionnelle

– Le sujet fait preuve de suggestibilité. Il est facilement influencé par les autres ou par les circonstances

– Le sujet a tendance à considérer que ses relations sont plus intimes qu’elles ne le sont en réalité. 

 Pourquoi ? Elle veut se faire aimer, apprécier, elle a besoin des autres pour exister, et elle emploie toute son énergie à cela. Elle a besoin de se sentir valorisée, et en fait souvent trop pour se mettre en valeur. De ce fait elle est dans une quête perpétuelle de reconnaissance.

Les échanges qu’elle pratique sont là pour montrer qu’elle existe et pas pour mieux connaître l’autre, le rencontrer. Pour une personne qui fonctionne de cette manière, l’émotion brute est au premier plan, sans introspection,  proche de celle des enfants et l’on peut apprécier ce côté spontané. Mais chez un adulte, c’est souvent très inadapté. 

d’après l’article publié par Dr Catherine Solano 

Les secrets de famille : Lady Diana, Madame Tussaud

« Les parents et les grands parents détiennent une clé de notre inconscient, détenteurs de processus créateurs mais aussi destructeurs. »

« Un état non intégré peut exploser à la génération suivante parce qu’il y a une solidarité de dettes. Nous venons pour répondre à des questions non résolues. ».

Rappelons tout d’abord ce qu’est un secret de famille : c’est une chose dont une ou plusieurs personnes ont honte à cause du scandale possible de sa révélation, parce que ce n’est pas conforme à ce qu’attend d’eux la famille ou la société. Certains planquaient des louis d’or, on a vu le résultat.

Les principaux secrets tournent toujours autour des origines (père inconnu, père déjà marié, adoption cachée), de la sexualité (viol, inceste, avortement, déviances graves), des détournements d’argent, détournement d’héritages, (les vols simples étant mieux tolérés en cas de pauvreté, alors qu’autrefois on allait au bagne pour un pain, Mais selon le milieu socio culturel, la faute est plus ou moins grave : certains volent un œuf d’autres un bœuf),  les conduites à risque comme l’alcoolisme, la drogue, jetant l’opprobre sur la personne en même temps que sur ses parents (fautifs de ne pas avoir été suffisamment vigilants), le crime,  la délation en période de trouble sont imprescriptibles dans l’esprit des gens, notamment le tort fait aux enfants.

Cependant quelquefois “un secret repose sur l’interdit de dire, plus que sur le contenu qui est caché. Le psychanaliste Tisseron énonce que : “le secret cesse d’être un fait normal et devient un fait pathologique lorsque nous cessons d’être son gardien pour être son prisonnier”. L’important n’est pas tant le secret lui-même que les multiples stratégies mises en œuvre pour s’en accommoder.”

“Nous ne sommes pas toujours conscient de ce secret, notamment lorsqu’il saute une génération. Certaines familles sont ainsi porteuses de secrets qui ont pour but d’exclure certains membres hors de la confiance du groupe. Nous sommes confrontés au pouvoir de ceux qui savent, sur ceux qui demeurent ignorants.” Ici je commenterais en disant que le secret amène une maladie chez un descendant qui est en rapport avec le parent.

Ceci n’est pas scientifique, c’est plutôt le bon sens au service des maladies, et la manière de faire semble taper au hasard, mais au contraire les somatologues font des liens avec les prénoms, les dates, la place dans les fratries. (Lire Athias).

Cette approche pragmatique, donne souvent d’excellents résultats chez les personnes porteuses de maladies auto-immune difficiles à diagnostiquer et à soigner, et permet d’éviter l’utilisation des tranquillisants, donnés par la médecine officielle, qui la plupart du temps impuissante. L’astrologie, dans ce cas est une grille de lecture, qui permet de poser un éventuel diagnostic, sur le type de problème qu’on croit enterré avec le mprt mais qui subsiste dans la transmission, par le biais de la mémoire céllulaire et de la transmission inconsciente familiale. Il faut bien sur insister sur l’aspect inconscient.

“Le secteur privilégié est celui de la maison VIII. Les facteurs qui indiquent dans un thème les mystères, les secrets, sont Pluton, Neptune et, la Lune noire  (souvent associée à la Lune  par aspect) celle-ci étant le principal facteur de secret (on prend la moyenne et la corrigée si elles sont dans deux maisons différentes, mais ce qui compte c’est d’avoir un indice qu’on pourra faire parler).Ces facteurs sont aussi en aspect aux nœuds lunaires, notamment sud, nœud du passé en relation d’opposition et de carré avec des planètes situées ailleurs,  les “bons aspects” devant être pris en compte aussi car ils peuvent être facteur d’exagération avec Jupiter ou Vénus, de violence avec Mars et Uranus.”

“En astrologie, le moment de cette prise de conscience du secret de famille, n’est jamais anodin, c’est souvent Pluton qui vient lever l’occultation tout autant que la lune noire et les nœuds lunaires lors d’un transit”.

“Secret concernant l’origine : tout le monde connait, le cas de Mazarine et de Mitterrand. Mitterrand possédait un pluton au MC, maitre du Soleil Scorpion, le maitre d’ascendant en maison XII, Jupiter rétrograde (symbolisant la légalité) en maison VIII, opposé à Soleil-Lune et carré aux nœuds et Saturne Neptune, Uranus opposé à Neptune en secteur V, suppose un secret au sujet de la progéniture. Mazarine, Jupiter carré aux nœuds, maitre de la maison VIII, en aspect avec Neptune, le Soleil, maitre de la maison XII en IV.

“Le secret concernant l’atteinte du nom : la honte de l’ancêtre, fait que beaucoup chercheront à changer de nom, afin de ne plus porter cette honte pour créer une nouvelle branche (famille Guillaume Seznec, affaire de 1923, dans laquelle il fut accusé d’un meurtre sans preuves). Dans ces affaires nébuleuses, on rencontre Neptune et Pluton.”

Autre exemple dans ce blog, Marie Tussaud, qui en se mariant à un ingénieur, au moment de la révolution française perdit le nom de Grossholtz ( gros bois – billot) qui la reliait à sa famille de bourreaux (nœud sud en secteur XII), qui la prédestinait à vivre à l’écart des gens, Mercure en Scorpion, maitre de la maison VIII, Neptune rétrograde en Lion en carré à Mercure au MC.(voir analyse dans le blog)

Le secret concernant la sexualté : Catherine Allegret a fini par parler de la conduite incestueuse de Montand, son beau-père envers elle. Le secret est signifié par une forte maison VIII avec une quadruple conjonction Lune – Jupiter – Neptune – Chiron, carré à une conjonction Mars – Saturne au DS, Lune noire angulaire au MC, dissonance de la Lune conjointe à Chiron en VIII.” D’après un texte tirée du livre de Barbault et Gestas, “Mémoire ancestrale”, auquel j’ai ajouté mes commentaires personnels.

Voici ci-dessous, l’esquisse du thème de Lady Diana au niveau de cet aspect de secret Lune au nœud sud en secteur II opposés  Uranus, Mars, lune noire  au nœud nord en secteur VIII : l’ensemble explosif est celui d’une personne qui a surement eu d’autres secrets que ceux révélés par la presse.

Notamment Mars qui peut aussi bien désigné le frère dont on connait mal le rôle dans sa vie, mais qui a récupéré sa dépouille pour l’isoler (du monde, de la reine, de sa famille, la mettre près de lui ? Quel rôle a-t-il joué dans sa vie d’anorexique ?

Mars, désigne aussi ses amants, dont un est probablement le père de Harry, Mars-Uranus la soudaineté de sa mort violente dans les bras d’un autre.

Sa Lune noire est la marque du rôle d’une ou de plusieurs femmes dures (sa mère qui quitta son père, la reine mère) dans sa destinée, ou qui furent de « mauvaises » conseillères ou carrément des ennemies : Camilla, la maitresse de Charles, Barbara Cartland, l’écrivain de romans de gare à l’eau de rose, qu’elle admirait et qu’elle connaissait, n’était surement pas une conseillère à suivre : s’afficher avec les hommes, comme tentative de récupération de Charles, de toutes façons voué à une seule femme de sa naissance à sa mort.

Son anorexie, d’après les psy, fut le signe du refus de sa féminité, avec le sport pour la réduire au nom de la minceur, (bien qu’on puisse en penser le contraire, le sport est là pour faire taire le corps, le dompter, ne plus l’entendre dans le but de le rendre plus fort ce qui souvent le détruit). Bien sur, le résultat fut de faire de la jeune boulotte une belle femme qui devint amoureuse de son corps, dans un défi narcissiquE (un psychiatre vous expliquerait ceci mieux que moi). Sans doute grâce au sport intensif, elle s’était enfin sorti de sa période de victime : cela lui permettait aussi de s’échapper de son palais pour rejoindre un docteur indien qui vivait en ville, et dont elle fut amoureuse (suivie dans Londres par une meute de photographes).

On ne peut manquer de remarquer Neptune rétrograde au Milieu du ciel qui en Scorpion accentue la question de la maison VIII, même s’il est en sextile à Pluton : il apporte sa touche de tromperies et de désillusions, au niveau de la vie sexuelle. Même si elle a été la victime de ce mariage, elle s’est offerte elle-même à la condamnation, au sacrifice qu’elle a continué en se faisant l’ambassadrice des causes humanitaires les plus désespérées (gageons qu’actuellement la cause des réfugiées gagnerait à être entre ses mains).

Par contre au moment des comptes, elle n’a pas perdu la tête : Vénus en Taureau, signe fixe, indique sensualité et avidité, mais jamais satisfaite à cause du carré Vénus-Lune, qui signe aussi la mère non maternelle, partagée entre sa vie de femme et celle de mère, qui l’avait mise en pension, a divorcé.

Le carré de Vénus à Uranus indique l’instabilité, qui de toutes façons, l’aurait conduite à des débordements, car elle ne pouvait rentrer dans ce cadre étroit bien que doré. L’indifférence de Charles ne fut que le détonateur. Il est temps de cesser de l’idolâtrer, de prendre du recul, même si elle nous a tous attendris. Mais, on se plait à imaginer qu’elle est toujours vivante et qu’elle papillonne d’un homme à l’autre !

références : livres de Martine Barbault, Anne Ancelin-Schutzenberger, et les autres…

 

Madame Tussaud

 

 

Mélanchon, le bretteur, le tribun, le passionné

Si Jean Luc Mélanchon est à l’extrême pour beaucoup, il parait néanmoins le plus sincère de tous les hommes politiques que nous voyons sur nos écrans, bien que son discours, commence pourtant souvent par moi je, il ne se met en avant que pour défendre des idées humanistes. Voyons son thème et pourquoi il avance dans les sondages

Il est né le 19 août 1951 au Maroc, à Tanger devenu français. Son soleil est en Lion et son ascendant en Vierge.

Saturne est sur l’ascendant en Vierge, c’est une personne trop sérieuse, morose, triste, prenant les choses gravement. Placé ici, il accentue le côté discriminant et critique.

La Lune en opposition à Saturne indiquant une frustration affective et émotive, il bloque ses émotions, puis les relâche en se mettant assez facilement en colère (on n’est pas obligé de parler d’un complexe assez commun), cela lui donne la capacité de comprendre la frustration de ceux qui souffrent de manque affectif et de privations, d’autant que sa Vénus est rétrograde en maison XII : ses désirs ont du attendre ;

Il y a aussi la conjonction de Vénus à Mercure rétrograde, ce qui prouve qu’actuellement c’est la revanche d’un enfant qui s’est tu autrefois, sur ses ressentis et qui voudrait prendre  sa revanche en se faisant le porte parole de tous les opprimés.

La génération durant laquelle il est né, lui met Pluton en Lion mais il y a aussi Mars, ce qui en fait un bretteur, un descendant de Don Quichotte ou des Trois mousquetaires. C’est pour cela qu’il est sympathique mais qu’on ne l’a pas pris pas au sérieux jusqu’ici.

Il ne fait pas peur, parce qu’il est sympathique, comme souvent les lions,  il captive car  il a une dominante feu, et son thème est équilibré dans les énergies, dans les éléments. Il est extraverti mais sur son quant-à-soi avec ses planètes à l’Est, et en maison XII.

Il s’est tu jusqu’à maintenant : avec la Lune noire au Milieu du ciel, ce n’était jamais son moment,  et avec un Jupiter rétrograde en maison VII qui offre la possibilité de réussite, mais dans un certain oubli de soi.

Alors que ce passe-t-il ? Pour moi, c’est l’écho que fait son carré Uranus- Cancer Jupiter Bélier, à l’opposition actuelle entre Uranus Bélier et Jupiter Balance, d’autant qu’actuellement,  Uranus est passée sur son Jupiter natal, faisant un carré décroissant avec  son Uranus natal, et arrivant bientôt sur sa part de fortune positif.

Le passage du nœud nord en Vierge, le retour sur ses nœuds natals dans le sens inverse n’est pas pour rien dans son ascension : c’est son moment !

Il faut cependant noter son opposition natale entre Neptune et Jupiter qui le pousse à une tendance au « fanatisme » si on n’y prend garde. D’autant que c’est Pluton qui est sur l’apex du triangle formé avec Pluton qui fait la résolution de l’opposition, or Pluton c’est la manipulation en profondeur par explosion souterraine. Sa bonne mine n’y change rien, les idées qu’il défend sont excessives pour beaucoup, il a l’air d’être du côté des « braves gens », mais c’est quand même une forme de populisme, utile en ce moment.  Dans un système où l’on joue à quitte ou double, il a peu de chance d’être élu, mais ses idées gagnent à avancer avec des députés de son camp, si le système était à la proportionnelle. Pour le moment il ne l’est pas, il faut un gros pourcentage de voix pour passer.

Ce qu’on veut savoir, c’est  s’il va y arriver. Comme toujours, je dirais qu’actuellement la boule de cristal, n’est pas de mise. Les transits sont plus intéressants.

Saturne de transit à 27° en Sagittaire est carré avec son Saturne à l’ascendant, et quand il sera en Capricorne, en décembre 2017 cela sera dur pour lui (solitude, découragement, fatigue).

Le Soleil en passant en ce moment en maison VII, le booste et il peut récolter en  secteur VIII les fruits de son travail en VI et VII, mais c’est de courte durée si ce n’est pas soutenu par des transits lents or,

Le seul aspect qui soit bon pour lui en ce moment est le trigone de Neptune à 12° en transit avec son Uranus natal à 12°, qui le porte à faire rêver de changements humains, d’égalité, de fraternité – il est sincère – mais sa Lune progressée (en rouge) à 10° en Lion, a déjà dépassé un carré au Soleil progressé, qui entre en Scorpion, en maison II et  les ennuis vont commencer. Le Soleil progressé en Balance favorisait plus la parole, le contact avec le public.

Qu’on croit que les progressions soient seulement psychologiques ou non, le résultat c’est qu’il ne va pas vers un mieux. En ce qui me concerne j’utilise le livre de Sophia Mason (Delineation of progressions) grande astrologue américaine  récemment décédée, qui s’en servait aussi pour les prévisions.

Sa révolution solaire de 2016/20177, mettait son ascendant dans sa maison X, dans le Cancer, montrant qu’il allait être sur le devant de la scène, et les transits actuels dessus font qu’il a le Soleil et Vénus dans le secteur X de la révolution solaire, ce qui vérifie bien qu’il est dans une belle envolée : ses idées font leur chemin dans l’esprit d’une jeunesse qui n’a pas connu tellement d’idéalistes, alors que l’ extrême opposée gagne du terrain.

Ce 18 mars, J L Mélanchon a voulu commémorer la commune de Paris :

Qui sait ce qu’est cette journée ?

Voici un résumé de Wikipédia :

Circonstances de la commune de Paris : Les classes populaires parisiennes (ou tout du moins une partie d’entre elles) craignent de se voir une nouvelle fois frustrées des bénéfices de « leur » révolution de septembre 1870 (renversement du Second Empire). Déjà, après les journées révolutionnaires parisiennes de juillet 1830 comme après celles de février 1848, suivies des élections de mai 1848, les classes aisées avaient confisqué le pouvoir politique à leur profit en installant la Monarchie de Juillet et le Second Empire. En 1871, les Parisiens sont méfiants envers l’assemblée élue en février, où les deux tiers des députés sont des monarchistes de diverses tendances ou des bonapartistes. « la Commune était l’expression, chez ses meneurs, d’un républicanisme ultra rouge, antireligieux, jacobin, prolétarien, fouetté par la haine pour cette assemblée monarchiste. »Les archives de la répression qui frappa l’insurrection permettent de dresser le portrait social des communards… L’insurgé-type de 1871 est un travailleur parisien, un homme d’une trentaine d’années. Parmi ces insurgés, on rencontre principalement les ouvriers du bâtiment, les journaliers, et les travailleurs du métal, ouvriers d’ateliers ou de petites fabriques. Ils forment respectivement 17 %, 16 % et 10 % du total. Viennent ensuite les employés (8 %), les cordonniers-savetiers (5 %), les marchands de vin (4 %) et les ouvriers du livre (3 %), fortement politisés. Ainsi, de petits patrons côtoient des salariés. »

*propos de J L Mélanchon le 18 mars anniversaire de la commune de PARIS : Nous disons : “c’est l’amour, c’est la fraternité, c’est le soin des autres qui est la raison d’être de la société.”

“Cette Constitution avait été taillée sur mesure pour un homme exceptionnel dans des conditions exceptionnelles pour faire face à un contexte exceptionnel. Ce temps est révolu et il en reste un texte qui ne doit pas tomber dans certaines mains, car il offre à la monarchie présidentielle des moyens exceptionnels. Qui pourrait oublier ici comment, contre l’avis du peuple mobilisé et du Parlement carotté, a été déclenché le feu de l’article 49.3 de la Constitution à six reprises, pour imposer la loi Macron, pour imposer la loi El Khomri. C’est par ce moyen d’une violence incroyable dans une démocratie qu’a été inversé tout l’ordre public social de notre République.”

Pour en savoir plus, aller sur: