Quiproquo sur les signes

Lotus Mougins--Les signes zodiacaux sont des symboles, des archétypes, des étalons-or. Lorsque vous dites que votre Soleil est dans un signe, ce n’est pas vous, c’est le reflet d’un “moi idéal” que vous devez atteindre un jour : rien ne nous est donné d’emblée même si l’on constate une hérédité, on peut en faire le meilleur comme le pire. Les signes solaires ont chacun une demande de spiritualité différente puisqu’ils sont douze qualités d’âme.

Nous vivons un signe au niveau de nos tendances physiques/biologiques, mentales/psychologiques et, quelquefois, spirituelles. Comme nous ne sommes pas des idées puisque nous sommes incarnés, mais le niveau que nous devrions viser, est le niveau spirituel.

Le zodiaque est structuré comme les rouages parfaits d’une horloge, chaque signe contient un degré d’évolution qui n’appartient pas au précédent et le signe suivant est porteur de quelque chose que le précédent n’a pas, tandis que le signe en face est son opposé et son complément. S’attribuer les  caractéristiques d’un seul signe, même si l’on cherche à se connaître en toute bonne foi,  serait une erreur d’interprétation.

Voici un exemple des qualités spirituelles que devraient développer les signes Bélier et Balance du premier axe du zodiaque et, comment ils peuvent échouer à y parvenir : 

Le Bélier peut ne pas avoir assez développé les qualités du moi en rapport avec l’autre, seulement celles de l’ego, et n’a  pas voulu être un leader, tendant à être plutôt impatient avec ceux qui n’apprennent pas aussi vite que lui et ne faisant pas aussi bien. Il y a un manque de compréhension et il n’a pas donné aux autres la liberté d’expression.

Un Bélier doit être une personne active, un organisateur, un meneur.  Nous pouvons avoir  une personne qui a pris le chemin de la moindre résistance.

Le Bélier peut échouer quant à se relier à une philosophie de la vie qui fonctionne et soit constructive. Il n’a pas développé une largeur du champ de conscience, une largeur de vue, rejetant toute recherche de la vérité, plus intéressé par sa sécurité physique que par les domaines spirituels, l’amenant à n’avoir pas de direction propre, à ne pas s’intéresser au sens de la vie.

Quant à la Balance, elle se doit  de développer les qualités d’harmonie et de communion avec les autres, par réaction au Bélier. Elle est raffinée, aime les belles choses, l’art et la musique,  négativement, elle peut aussi pervertir l’art et semer le trouble au lieu de l’harmonie ; l’élitisme de la Balance peut être de s’associer seulement avec ceux qui ont les mêmes goûts et les mêmes intérêts, de ne développer que les valeurs mondaines.

Éventuellement, elle peut avoir pu profiter d’études dans toutes sortes de domaines,  seulement par curiosité, plutôt qu’en l’appliquant dans la vie et ceci, implique la négligence de son influence intellectuelle et spirituelle sur les autres, étant le signe le plus idéaliste dans le zodiaque.

La Balance à l’ascendant met l’accent sur le manque d’identification avec les autres parce que ici, l’individu négligea d’intégrer le concept du « nous » dans le développement de sa personnalité car,balance-2

L’axe Bélier-Balance, est celui de l’identification où chacun des signes représente le début de 2 moitiés du zodiaque, c’est par le « je-nous » que nous pouvons arriver à l’universalité.

Chaque signe et chaque axe possède ses caractéristiques et devait assumer un développement vertical, s’il le peut, sinon il ne peut se targuer d’être le signe.

D’après Donald Yott, astrologue américain

 

 

 

 

La Nouvelle Lune en Sagittaire va nous bousculer

Lotus Mougins--La Nouvelle Lune en Sagittaire se fait avec un amas dans le signe avec la Lune et le Soleil à 7°, mais on trouve dans l’ordre, Saturne à 17°30 et Mercure à 23°.

On a donc une conjonction de l’ensemble de ces planètes qui s’effectue avec Saturne. C’est dans le style de ce qui se passe en ce moment, un durcissement des tendances dans le domaine du Sagittaire*.

Cela ne se fera pas sans une certaine résistance, qui apparait dans le t carré qui se dessine nl-novembre-en-sagittairedans le ciel, entre l’opposition Jupiter-Uranus où le sommet du carré-apex, est Vénus conjointe à Pluton en Capricorne. Malheureusement, Vénus étant maitre de Jupiter en Balance n’adoucira pas tellement l’atmosphère de rigueur, toute opposée qu’elle soit à Uranus en Bélier, qui continue à demander des changements musclés. Le t carré se trouvant dans les signes cardinaux ne fait que renforcer ce besoin, c’est la fin de quelque chose commencé dans les signes cardinaux, il y a des années. Pour Pluton, il s’agit du carré à lui même lorsque la planète était en Balance, dans les années 80, on va donc tenter de revenir sur des transformations sociales et idéologiques (Pluton en Balance) de ces années là, et cela ne va pas se faire dans le consensus (carré).

Saturne en Sagittaire*, arqué sur ses positions, souffle un rétrécissement de la largeur de vue, en voulant imposer avec Mercure son porte parole, ses limites, sa rigueur, sa loi : ce sera donc un moment de conflits. Le trigone de Jupiter à Mars, maitre d’Uranus en Verseau est un soutien fort pour aider Uranus en Bélier, puisque nous nous trouvons dans une réciprocité de maitrise, mais Jupiter qui “arrose tout de son engrais sans discrimination” (Christian Drouaillet) en Balance, signe du social, risque d’être le moteur d’une montée en puissance d’attaques, qui pour beaucoup, apparaitront comme violentes, tandis que Mars en Verseau peut devenir fanatique. Heureusement, Mars entre  en Poissons le 20 décembre (pas forcément plus facile près de Neptune au moment de Noël).

De plus, le Soleil et la Lune, carrés à Neptune en Poissons, entraineront un moment de trouble, où illusions et désillusions s’en suivront, à la suite des décisions qui seront prises. C’est donc un moment difficile : positivement il peut s’agir de clarifier des choses qui ne sont pas très claires, et d’agir dans un élan fort grâce au trigone, mais en évitant les emballements.

Tout ceci se prolongera, puisque Saturne restera jusqu’au 21 décembre 2017. On pourrait d’ailleurs faire une révolution solaire de la conjonction Soleil-Saturne en Sagittaire puisque nous avons une année devant nous, dans le signe.

Il s’agira toujours d’enjeux religieux donc politique, d’idéologie et de positions face à l’étranger, et tout cela, on le voit  s’accentuer depuis l’entrée de Saturne en Sagittaire. Pour s’aérer l’esprit, il sera bon d’essayer de se tenir à l’écart de batailles d’idées qui ne feront que troubler nos cœurs et nos vies et auxquelles le temps se prête sans que nous ne puissions vraiment y faire quelque chose. En 2018, les planètes lentes avancent vers des signes de terre Saturne en Capricorne avec Pluton, et Uranus en Taureau, Neptune formant un adoucissant à l’ambiance têtue de ces signes en formant un sextile aux deux signes, montrant des agissements concrets.

*Les signes zodiacaux sont des symboles, des archétypes, des étalons-or. Lorsque vous dites que votre Soleil est dans un signe, ce n’est pas vous, c’est le reflet d’un “moi idéal” que vous devez atteindre un jour : rien ne nous est donné, d’emblée même si l’on s’aperçoit qu’il y a une hérédité. En astrologie mondiale, il s’agit de critères encore plus généraux, même si le ciel extérieur reflète notre ciel intérieur.

 

 

Esquisse du thème d’Alain Juppé

Lotus Mougins--La bataille des primaires fait rage et les commentateurs se prennent les pieds dans le tapis. Voici une brève esquisse du thème d’Alain Juppè.

Disons le tout de suite, Alain Juppè fait au minimum tristounet et refroidit encore plus, dès qu’il ouvre la bouche : c’est à cause de son Saturne à l’ascendant qui capture l’ascendant Cancer, qui heureusement est assorti de Vénus. C’est en fait une personne  sévère mais aimable. Mais il va à la rencontre des autres avec le signe du Capricorne et Saturne.

Son nœud nord karmique en Cancer que je mettrais plutôt en secteur I , demande qu’il fasse preuve de qualités pour diriger sa maison, sa ville et son pays,afin de devenir un vrai  Cancer, il faut donc qu’il dépasse cette sévérité austère, qui éloigne. th-natal-de-alain-juppe

Pour cela, il est aidé par le trigone de la Lune en Scorpion (conjointe à la Lune noire) à son ascendant et en secteur V. On peut penser que ce trigone l’a aidé en politique car le Scorpion aide à vivre dans les paniers de crabes (ce qui pour un Cancer est le minimum).

Mars le premier maitre de la Lune, maitresse de l’ascendant (et régente du nœud nord) se trouve en Maison XII, il y a donc une tendance à l’isolement venant de la maison XII, mais également de Saturne, maitre du signe du Capricorne qui se trouve en maison VII, lui donnant cette approche réservée.

Mars en Gémeaux en semi sextile au nœud nord est une aide. Mars est en conjonction avec Uranus en Gémeaux, lui donnant une capacité d’attaque qui est certainement faite d’innovations et de surprises pour ses adversaires, d’autant que  la Lune et Mars-Uranus sont reliées par un sesqui carré lui donnant la volonté de parvenir à ses fins.

juppe-2Pluton le second maitre de la Lune est en Lion, conjoint à son Soleil puisqu’il est né le 15 août 1945, date associée à la libération de la France, reliant le Soleil à Pluton, signifiant une période où la France aurait pu perdre sa souveraineté.

Le Lion est le signe des chefs et des leaders : il cache son ambition, mais c’est surement celle du Lion.

Le Soleil est en maison II et III, il a surement favorisé sa pérennité en tant que maire de Bordeaux puisque c’est le secteur de la proximité et de l’entourage, mais cela peut le limiter.

Mercure rétrograde au natal en Vierge est en domicile, dans la maison III, c’est un bon technicien, mais Mercure est aussi le maitre de Mars en Gémeaux donc c’est surtout quelqu’un de mental, car Mars est maitre de la Lune qui est le maitre de l’ascendant Cancer. Il est dans le contrôle, cela se voit.

L’ensemble des planètes sont sous l’horizon et à l’Est et forment un presque Bol dans 145° fermé par le sesqui carré qui n’a pas bonne presse, puisque la personne n’a pas les bonnes façons pour se faire aimer, ayant tendance à négliger le relationnel. Entre Lune-Uranus-Mars, il doit y avoir beaucoup de souffrances intériorisées, et de colères rentrées. Comme les planètes, sont à l’Est il peut n’en faire qu’à sa tête, il peut être égocentré.

En résumé : La Lune qui fait le succès dans un thème est dans la maison du Soleil  en V, donc en mauvaise situation. Mars qui fait le guerrier est en maison XII maison de la solitude, de l’isolement choisi ou non (d’où son séjour temporaire au Canada), cependant ce Mars est la planète leader du bol et avec Uranus c’est un duo innovant et actif.

Actuellement sa Lune progressée va entrer dans le signe du Cancer en domicile : est-ce le retour au foyer près de son nœud nord pour une retraite parmi les siens, ou bien est-ce le début de la conquête du fauteuil de président ?

 

 

La pauvreté en G.B. , conséquence du liberalisme de Thatcher

Lotus Mougins--A partir de 1979, la politique de Margaret Thatcher marque l’entrée dans l’ère post-fordiste avec le retrait de l’Etat-providence, la dérégulation des marchés, la privatisation de grandes entreprises publiques et l’adoption d’un modèle économique fondé sur l’expansion du secteur des services et de la finance. Cette politique néolibérale s’accompagne d’une forte contraction du secteur manufacturier (qui ne représente plus que 13% de la production britannique en 2011), dune paupérisation de la classe ouvrière et d’un accroissement des inégalités sociales, phénomènes que les films du cinéaste Ken Loach (exemple : “Looking for Eric” avec Cantona, ou “Moi, Daniel Blake”) ont largement contribué à faire connaître auprès du grand public. Les références aux clivages entre “have et have nots” (les possédants et ceux qui n’ont rien) entre le Nord et le Sud le fameux North-South divide* (la division nord sud) , entre l’underclass et l’overclass (la classe de dessous et celle du dessus) sont récurrentes même si cette dichotomie est sans doute caricaturale et simplificatrice (Damon, 2009).

En 2010, le Royaume-Uni est la 6e économie mondiale avec un PIB de 2 247 milliards de dollars. Pour autant, la pauvreté n’a pas été éradiquée puisque 13,1 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté, ce qui correspond à 22% de la population. Selon l’enquête Eurostat sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC), le pays figure parmi ceux qui affichent les taux de pauvreté les plus élevés, aux côtés de la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce et l’Espagne.

Comment mesure-t-on ce phénomène et quelles en sont les conséquences dans un pays développé comme le Royaume-Uni ?

Certaines catégories de la population ont été identifiées comme particulièrement exposées à la pauvreté : les jeunes, les personnes âgées, les chômeurs, les familles monoparentales et les personnes en situation de handicap.On observe d’importantes disparités géographiques puisque dans 29 municipalités, un enfant sur cinq est concerné par la pauvreté aggravée. Le taux le plus élevé est à Manchester et dans la commune londonienne de Tower Hamlets (27%) tandis qu’à Birmingham et Liverpool, il atteint 23%, contre une moyenne nationale de 13%. Par ailleurs, plus de la moitié des enfants vivant dans une famille monoparentale sont pauvres contre un quart dans les familles composées de deux parents. Néanmoins, en 2011, l’association Save The Children publiait un rapport indiquant qu’1,6 million d’enfants de moins de 14 ans vivaient dans une situation de pauvreté aggravée (severe poverty), c’est-à-dire dans un foyer disposant de moins de la moitié du revenu médian comparé à un foyer de taille équivalente (ce qui correspond à moins de 240 £ (275 €) par semaine pour une famille avec deux enfants et à 134 £ (153 €) pour une famille monoparentale avec un enfant, ce seuil de revenu étant combiné à une liste d’éléments matériels (deprivation items) spécifiquement liés à l’enfance…

La pauvreté des seniors est également préoccupante : même si les chiffres sont en baisse par rapport au début des années 1990, 2,3 millions de retraités (30%) vivent sous le seuil de pauvreté au Royaume-Uni, désormais quatrième au classement européen de la pauvreté des plus de 65 ans. Une étude de l’organisation caritative Age Concern montre qu’un retraité sur cinq saute un repas par jour pour faire des économies et que 40% ont des difficultés à se procurer des biens de première nécessité. Le fort niveau de pauvreté des retraités britanniques s’explique par la présence de régimes de retraites disparates, sources d’inégalités importantes entre les cotisants. Les prestations du régime public sont de très faible niveau et dans la plupart des cas complétées par une affiliation à une caisse de retraite privée. L’augmentation de la part de la capitalisation a dégradé les conditions de retraite des plus pauvres. Par ailleurs, la crise économique a entraîné une chute des actifs financiers, ce qui aura pour effet de diminuer considérablement le niveau des retraites pour l’ensemble de la population.

En 2010, le rapport An Anatomy of Economic Inequality in the UK (Une anatomie des inégalités économiques au Royaume-Uni) dirigé par le Professeur John Hills de la London School of Economics, dressait un constat alarmant. Il montrait qu’en trente ans, le fossé entre les riches et les pauvres s’était considérablement creusé : les revenus du salaire et du patrimoine du décile le plus riche de la population étaient cent fois supérieurs à ceux dont disposaient les 10% de citoyens les plus pauvres. En 2010, le coefficient de Gini (où 0 correspond à l’égalité parfaite et 1 à l’inégalité absolue) était de 0,38, ce qui classe le Royaume-Uni parmi les pays les plus inégalitaires de l’Union européenne.

par Corinne Nativel,  source publication scientifique du Centre de recherches internationales (CERI)  : pour plus de lecture:

http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part5/la-pauvrete-post-industrielle-au-royaume-uni?page=3

Margaret Thatcher est-elle un idéal politique ?

Margaret Thatcher va pendant sa jeunesse aider à faire fonctionner l’épicerie, donnant naissance à des intuitions favorables au libre-échange et au marché. Elle suit une éducation rigoureuse et très imprégnée par le méthodisme, pour lequel son père prononce des sermons. La foi de Margaret Thatcher deviendra un des fondements du thatchérisme : sa morale religieuse inspirée par l’éthique protestante, préconise aux hommes de « travailler dur », afin d’élever leur position sociale par l’épargne et le mérite . Elle découvre très jeune la politique à travers l’engagement de son père.

En 1943, elle est admise au Somerville College de l’Université d’Oxford, pour un cursus de chimie. Elle est alors la première de sa famille à entrer à Oxbridge, qu’elle finance grâce à des bourses. Elle sort de l’université avec une licence de chimie. Elle rejoint dès son arrivée l’Oxford University Conservative Association (OUCA). Son origine sociale et son engagement politique en font une personnalité atypique, la plupart des étudiants étant progressistes et de milieu social élevé. Dans le même temps, elle participe pour la première fois au congrès national du Parti conservateur britannique à Blackpool.

De 1947 à 1951, elle travaille dans le secteur de la recherche en chimie, dans l’industrie des plastiques. En 1949, désignée candidate conservatrice dans la circonscription de Dartford, elle rejoint J. Lyons and Co..

Aux élections de 1950, elle tente de se faire élire députée dans le bastion travailliste de Dartford, que le parti lui a assigné, mais elle échoue, réduisant néanmoins de 6 000 voix l’avance travailliste. À 24 ans, elle est la plus jeune femme candidate du pays. Il est à l’époque rare qu’une femme fasse de la politique, ce qui est d’ailleurs généralement mal vu. L’année suivante, elle se représente et prend 1 000 voix supplémentaires à son concurrent travailliste. 

Margaret Thatcher commence en 1950 des études juridiques, Elle rencontre à cette époque Denis Thatcher (1915 – 2003), un divorcé de milieu aisé. Ils se marient en décembre 1951.  De leur union naissent des jumeaux, en 1953 : l’année suivante, elle devient avocate spécialisée en droit fiscal.

En 1958, elle est choisie pour être la candidate conservatrice au Parlement dans la circonscription de Finchley (banlieue nord  pauvre de Londres). Le 8 octobre 1959, elle remporte l’élection avec 29 697 voix contre 13 437 à son adversaire travailliste, et entre pour la première fois à la Chambre des communes. Elle sera élue sans discontinuer aux Communes jusqu’en 1992.

La première loi qu’elle propose, le 5 février 1960, vise à permettre à la presse de relater les délibérations des conseils municipaux. À l’issue de son premier discours donné  en tant que  nouveau membre du Parlement britannique, sa proposition de loi est adoptée par 152 voix contre 39 et son talent d’oratrice est salué.

En octobre 1961, elle devient Junior Minister (fonction semblable à celle de sous-secrétaire d’État). À ce poste, elle découvre la lourdeur de l’administration,  soutient l’instauration de la retraite par capitalisation, afin d’augmenter la retraite de base. Elle considère que son parti a abandonné ses valeurs et notamment la liberté d’entreprendre.  Elle conserve ses fonctions jusqu’au départ des conservateurs du pouvoir à l’issue des élections 1964, lors desquelles elle est réélue avec 9 000 voix d’avance sur le candidat du Parti libéral.

Margaret Thatcher soutient alors Edward Heath à la tête du parti tory (conservateur). De 1964 à 1970, elle occupe la fonction de porte-parole de son parti à la Chambre des communes. En tant que députée, elle est l’un des seuls conservateurs à soutenir la dépénalisation de l’homosexualité masculine et la légalisation de l’avortement. Parallèlement, elle prend parti contre l’abrogation de la peine de mort et contre l’assouplissement des lois sur le divorce, ce qui est à mettre à son crédit.

En octobre 1974, Margaret Thatcher est au centre de la campagne, principalement du fait de la proposition que Heath lui a demandé de défendre : l’abolition des impôts locaux (rates).

À la tête du parti tory, elle adopte une attitude anticommuniste, le 19 janvier 1976, dans lequel elle accuse les Soviétiques d’aspirer à la domination du monde et de sacrifier le bien-être de leur population à cette fin, d’où le surnom de « Dame de Fer de l’Occident », donné par le journal du ministère de la Défense soviétique, L’Étoile rouge.

Les difficultés rencontrées par le gouvernement travailliste, obligé de demander trois prêts au FMI comme n’importe quel pays sous-développé, relancent les conservateurs, qui attaquent le bilan du gouvernement sur le chômage ou la sur régulation.

En outre, l’hiver du mécontentement de 1978-1979, lors duquel des grèves massives paralysent le pays, a des conséquences désastreuses pour l’économie et la population (mise au chômage technique de plus d’un million de personnes, fermetures d’écoles, de crèches, absence de soins pour les malades, coupures régulières d’électricité, etc.).

Margaret Thatcher en profite pour dénoncer le « pouvoir immense des syndicats » et propose, « dans l’intérêt national », son soutien au gouvernement en contrepartie de mesures visant à réduire leur influence.

Concernant sa politique fiscale, elle diminue les impôts sur le revenu (la dernière tranche de l’impôt sur le revenu était en 1979 à un taux très important de + 83 %), et augmente en échange les impôts sur la consommation (la TVA passe de 8 à 15 % ).

En 1980, plusieurs membres de l‘Armée républicaine irlandaise provisoire et de l’Irish National Liberation Army incarcérés à la prison de Maze se lancent dans une grève de la faim pour obtenir le statut de prisonniers politiques, qui avait été supprimé en 1976 par les travaillistes, mais dont certains prisonniers continuaient à bénéficier. Elle dure 53 jours, sans que les grévistes obtiennent rien. En 1981, une deuxième grève est organisée par Bobby Sands. Malgré la mort de 10 grévistes de la faim (dont Bobby Sands, élu entre-temps membre du Parlement) au bout de 66 jours de grève et des pétitions envoyées du monde entier, Thatcher se montre intraitable*(voir photos à la fin de l’article). En représailles, elle échappe à un attentat au Brighton hôtel  le 12 Octobre 1984.  Cinq personnes furent tuées dont deux membres du partie conservateur, 31 personnes furent blessées.

Margaret Thatcher avait approuvé l’adhésion à la Communauté économique européenne (CEE) et considérait que celle-ci ne devait être qu’un moyen de mettre en place le libre-échange et de garantir la concurrence. Elle déclara ainsi « Nous n’avons pas réussi à repousser les frontières de l’État avec succès en Grande-Bretagne pour nous les voir réimposées au niveau européen, avec un super-État européen exerçant une nouvelle domination, depuis Bruxelles”. C’est l’Europe qui accéléra la chute de son cabinet avec la démission de l’europhile ,Geoffrey Howe».

Après avoir démissionné, elle est nommée pair du royaume uni, en 1992, comme baronne « Thatcher of Kesteven in the County of Lincolnshire», et siège depuis lors à la Chambre des Lords, elle se retire de la vie publique en 2002, tout en restant impliquée dans la politique. En 2007, elle assiste à l’installation de sa statue à la chambre des communes aux côté de Churchill, premier chef de gouvernement britannique à avoir sa statue de son vivant, elle déclare à cette occasion : J’aurais préféré une statue en fer, mais le bronze me convient, elle ne rouillera pas.”

Margaret Thatcher - interception Lion-Verseau en 3/9Lorsqu’on regarde le thème de Margaret Thatcher ce qui frappe c’est le grand trigone Saturne-Pluton-Uranus,  avec Saturne à l’ascendant (rigueur-travail-sévérité), Vénus en maison 1 (séduction), et la Lune au Milieu du ciel (popularité). On est dans le paradoxe entre un schéma dur et une séduction. Saturne est  en trigone croissant 13° avec Pluton 14° : la transformation fut faite avec un certain conservatisme (Saturne) et dans une certaine subjectivité du fait qu’il est appliquant, en même temps il la rendit implacable, Saturne est planète des lois et des limites.

Le grand trigone se trouve dans les signes d’eau qui sont ceux dit de l’âme reliant Pluton, Saturne et Uranus. Ces transpersonnelles reliées donnent une destinée, une vie personnelle liée, participant, aux événements extérieurs.

La figure qui est représentée par la répartition des planètes est la locomotive,  – une suite de planètes qui laissent un vide d’environ 120° tout en n’ayant pas plus de 60° inoccupés dans la suite des planètes. 

La suite de planètes est tirée par une planète leader ou motrice, ici Pluton.

C’est  une personne active et concernée par la politique, les idées, les transformations, lucide mais éventuellement dure et manipulatrice, ce qui ne nous étonne pas.

Son Ascendant  est Scorpion et le maître Pluton est en trigone avec lui, l’énergie de Pluton circule. Les personnes type locomotive sont du style active,  décideur, avec un énergie martienne, Pluton est donc parfaitement en accord.

Sa dureté et sa cruauté viennent du trigone Saturne- Pluton, Saturne renforce la capacité à ne pas céder. D’autre part, Jupiter opposé à Pluton augmente la volonté de puissance.

Il y a également le carré Soleil-conjoint Mars à Pluton qui renforce cette détermination agressive (guerre des Malouines, mort de Bobby Sands).

La planète à la fin du modèle locomotive est Uranus. Elle a  son importance, c’est le maitre du nœud sud en Verseau (qu’elle a quitté allégrement) .Au nœud sud elle était encore en lien avec les autres, au nœud nord seule son ego compte, ego qu’elle a confondu avec celui du Royaume-Uni. Uranus est reliée par le trigone à Pluton dans le grand triangle d’eau, ce qui indique quelqu’un qui ne pouvait innover, car un grand trigone enferme dans des certitudes, des illusions, des manipulations. N’est-ce pas le sens de toute son action politique libérale qui ne faisait que renforcer une vieille politique d’extrême droite ?

Avec le modèle locomotive, dont les planètes se trouvent à l’Est, on est face à quelqu’un qui  a pourtant choisi tout au long de sa vie, mais qui a eu des problèmes relationnel bien que son Soleil soit en Balance (la diplomatie), et ici cela se confirme avec Saturne à l’Ascendant maitre de la Maison 3 –  l’environnement proche et de la communication – où se situe une interception avec le nœud nord.

Si on regarde le thème de plus prés, on s’aperçoit assez vite que la planète de queue Uranus est apex de 4 quinconces Soleil-Mars à Uranus et lune-Neptune à Uranus qui se superposent formant un yod. Uranus est prise en otage et a pu avoir du mal à se manifester, Uranus en maison 4, c’est les soucis au foyer et elle en a eu pas mal avec son fils (l’autre jumeau était une fille) bien que son mari soit resté jusqu’à la fin.

La planète maîtresse du Soleil est Vénus (trigone Uranus)en maison 1, en Sagittaire, elle maîtrise aussi la maison 11 (les appuis) et la maison 12 (isolement), ainsi que la maison 7 (les autres, le couple). Vénus reliée à la lune noire par un trigone en faisait quelqu’un qui avait du magnétisme. (elle s’entendait très bien avec Mitterrand  autre Scorpion, alors qu’ils n’étaient pas du tout du même bord politique).

Vénus en Sagittaire est maître de Mars, Mercure, conjointes au Soleil. Elle indique en Sagittaire que “Maguy” fut toute sa vie intéressée par l’étranger, les voyages, les rencontres nouvelles, la culture, elle indique aussi qu’elle était perçue comme quelqu’un de convivial et de simple, elle plaisait malgré tout et fut populaire ; ceci est encore confirmé par la Lune en Lion au milieu du ciel. Il s’agit bien de la “dame de fer” dans un gant de velours.

Le sextil entre le Soleil-Mercure et Neptune indique aussi une certain idéalisme et utopie au niveau des idées concernant l’étranger, les idées de maison 9, mais en même temps, les quinconces ont rendu sa vie affective compliquée, ils sont associés à ses deux luminaires (son mari est mort en 2003).

Enfin, il y a l’interception des signes du Lion et du Verseau dans l’axe 3/9. L’axe Lion Verseau ramène au Soleil et à Saturne et Uranus, les gérants, le Soleil qui symbolise l’autorité paternel, le mari, le surmoi, dans l’axe de la communication : dans l’interception les énergies planètaires ne circulent pas normalement, ces signes se manifestent d’une manière instable lors du transit des planètes, ils représentent des zones méconnues dans le présent  (travaillées, mais non disciplinées). Le Lion représente l’ego, qui fut très fort évidemment, mais aussi l’amour pour ses jumeaux avec lesquels, elle a eu de graves “soucis”.

L’interception se situant dans l’axe de la communication 3/9, de l’apprentissage, de la philosophie, de l’étranger –  équivalent Gémeaux- Sagittaire–  il y a eu un comportement névrotique dans le domaine de la communication où elle était très bonne, mais très autoritaire avec certains de ses collaborateurs, tous des hommes.

Neptune et la Lune sont interceptés dans ces signes : ces deux planètes spirituelles auraient du lui faire comprendre beaucoup de choses au cours de sa vie politique, notamment au moment des plus grandes crises politiques. Neptune symbolise la rédemption dans un thème, la Lune en faisant la mère de la patrie au sens propre, mais son ego (Lune en Lion) a été le plus fort, dans certains cas.

La Lune et Neptune conjointe en interception peuvent favoriser à la fin de la vie, la folie (quelque fois c’est celle de la mère du porteur): elle mourut des suites de la maladie d’Alzheimer, il faut dire que  la lune noire et le nœud nord se trouvaient aussi dans l’interception (voir article dans le blog).

*Liste de prisonniers morts de la gréve de la faim  qui protestaient contre les conditions de détention :

 Bobby Sands (IRA), 27 ans, meurt le 5 mai 1981 après 66 jours

 Francis Hughues (IRA), 25 ans, meurt le 12 mai 1981 après 59 jours

 Raymond McCreesh (IRA), 24 ans, meurt le 21 mai 1981 après 61 jours

Patsy O’Hara (INLA), 23 ans, meurt le 21 mai 1981 après 61 jours

Joe McDonnell (IRA), 30 ans, meurt le 8 juillet 1981 après 61 jours

Martin Hurson (IRA), 29 ans, meurt le 12 juillet 1981 après 46 jours

Kevin Lynch (INLA), 25 ans, meurt le 1er août 1981 après 71 jours de grève de la faim

 Kieran Doherty (IRA), 25 ans, meurt le 2 août 1981 après 73 jours de grève de la faim

Thomas McElvee (IRA), 23 ans, meurt le 8 août 1981 après 62 jours de grève de la faim

Michael Devine (INLA), 27 ans, meurt le 20 août 1981 après 60 jours de grève de la faim

 

Mort de Margaret Thatcher